À la une En ville

Police
/ Ils ont tué Tito

Un chien de 11 mois a reçu d'un policier une balle entre les deux yeux. Ça s’est passé dans la cour de l’immeuble où habite son maître. Sans raison apparente.
"Ce chien n'a jamais fait de mal ni peur à personne", témoigne un voisin
"Ce chien n'a jamais fait de mal ni peur à personne", témoigne un voisin

« Ça s’est passé mardi 5 décembre, vers 19h30. »Khedr était chez lui. Un studio en rez-de-chaussée, qui donne sur la cour intérieure du 31 rue Ernest-Renan. Cette cour fermée, toute en longueur, dessert les différents logements situés à cette adresse. Vu qu’un portail sépare cette voie privée de la rue, les enfants de la résidence investissent souvent cet espace pour s’y amuser en toute sécurité. Pour la même raison, Khedr avait l’habitude de laisser son chien Tito s’y dégourdir les pattes.Ce petit corniaud de onze mois, n’avait rien du molosse, « tout le monde l’aimait bien. Les enfants jouaient avec, il était très gentil ». Ce soir-là, son maître l’a entendu aboyer à deux reprises. « Tout de suite après, il y a eu un très grand bruit, je suis vite sorti. » Son chien gît dans une mare de sang, abattu par un policier d’une balle entre les deux yeux.

"Il m'apportait du bonheur"

« Mais pourquoi a-t-il fait ça ? », continue de se demander Kehdr. Ce jeune homme de 25 ans, arrivé d’Égypte en 2009, n’avait déjà pas une vie facile. « Je ne cherche pas les histoires. J’ai beaucoup de problèmes... Je suis malade », explique-t-il en montrant une pyramide de médicaments et sa carte « handicapé ». Pas pour que l’on s’apitoie sur son sort mais simplement pour justifier sa peine. « Il m’apportait du bonheur… » Si lui tente de ravaler son chagrin, dans le quartier les témoignages d’indignation et de colère sont partout.« Ce chien n’a jamais fait de mal ni peur à personne, s’énerve son voisin Bensassi. Pauvre bête… On ne peut même pas lui reprocher d’être sortie dans la rue, c’est le policier qui est rentré chez nous ! »

Le commissariat de Saint-Denis, qui n’a pas souhaité s’exprimer, est revenu vers Khedr pour tenter de justifier cet acte. Les policiers auraient interpellé quelqu’un juste avant. Le policier auteur du coup de feu serait entré pour voir si le gars n’avait rien jeté derrière le portail. Tito serait allé vers lui. Il aurait eu peur. Et a tiré. Des explications qui n’en sont pas pour les habitants qui ont averti la Fondation Brigitte Bardot et comptent déposer plainte. « Il n’avait aucune raison de l’abattre. Il pouvait aussi appeler à l’aide, utiliser sa bombe lacrymo ou même tirer en l’air, renchérit l’un d’entre eux.Tito ne l’a même pas mordu. Sa réaction est totalement incompréhensible. » Une voisine d’ajouter :« On ne peut pas tolérer qu’un policier fasse usage de son arme et tue simplement parce qu’il a peur ! Un policier doit avoir du sang-froid, sinon c’est un danger public. »

Linda Maziz 

Réactions

Le titre de cet article est scandaleux (et ce n'est pas la première fois pour le JSD quand il s'agit de POLICE !). Pourquoi employez-vous le pluriel Madame Maziz (ils ont tué) ? Pourquoi écrire "sans raison apparente" dans votre entame en gras pour donner ensuite la version de la police ? Dans cet article, je n'adhère qu'à la dernière phrase "On ne peut pas tolérer qu’un policier fasse usage de son arme et tue simplement parce qu’il a peur ! Un policier doit avoir du sang-froid, sinon c’est un danger public."... Oui, si les faits sont avérés, ce policier à titre individuel (et non LA POLICE) a fait une erreur professionnelle et à ce titre il doit être sanctionné.
jjustification "il a eu peur, donc il a tiré" bah si chaque fois qu'un policier a peur , il tire - la population de Saint Denis va diminuer tres vite. ils ont vraiement le droit de tirer 'comme ça' nos policiers? j'espere que il soit obliger de se justifier et qu'il soit sanctioner ou bien viré car un policier qui tire en voyant un petit chien ne m'inspire pas confiance, mais PAs du tout......
Pour une fois je suis d'accord avec Mourad.
Mourad attention , ce tir, sans raison, sur un chien sans danger dans un espace clos n'est en aucune manière excusable. La possession d'une arme, peut s'accompagner du sentiment de puissance qui donne chez certaines personnes l'envie d'en user. Sous réserve de l'enquête on peut penser que ce fonctionnaire de police n'a pas su résister. Lui laisser une arme serait une erreur.
@démocratie ...mais je souscris à tout ce que vous écrivez ! ... mais ce n'est pas LA POLICE l'institution ... et je trouve le pluriel employé dans l'article (ILS ONT TUÉ) malsain.
Ne serait-ce pas un chien de trafiquant dressé à attaquer la police ? Le JSD se serait-ils spécialisé dans les fake news comme Donald Trump ?
Horta, vous avez vu la taille du chien, il faut arrêter les fantasmes. Les séries policières ont du vous polluer.
Je parcours parfois le JSD je ne suis pas du tout pour l'usage des armes et condamne de tout mon être la violence policière, cependant cet article me semble encore une fois mettre de l'huile sur le feu, ce 'ils ont tué tito' n'est qu'un titre accrocheur, il y a de la violence policière tous les jours, c'est vrai que si un policier avait peur et qu'il tirait dans notre ville, je ne vous dis l'avalanche d'articles, même si je compatis au malheur de ce maître face à la mort de son animal de compagnie, je pense qu'un peu plus de vraies informations serait le bienvenu.ps ; je ne pense pas que la fondation de Madame Bardot se penchera sur ce cas
le Georges ci-dessus n'est qu'un usurpateur pollué par les édiles et relais de la com municipale ! Signé: le vrai Georges
Je ne comprends pas l'intérêt de cet article. Le mot "ils ont" est très limite et pas digne de journalistes en effet.
@georges Les agressions contre les policiers se multiplient et pour avoir avoir été mordus plusieurs fois par des chiens, je peux vous dire que les plus petits ne sont pas les moins féroces ... bien au contraire !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur