Cultures

Projet
/ Histoires d’un musée sachant livrer son art

Un recueil de contes écrits et illustrés par des non-francophones en apprentissage du français et des habitants de Romain-Rolland, c’est le projet que mènent le musée de Saint-Denis et la Maison de quartier Semard.

Réussir à concilier culture et éducation populaire c’est tout l’enjeu du projet Livre d’art et d’histoires porté par le musée de Saint-Denis et la Maison de quartier Pierre-Semard. Une quarantaine de participants – des apprenants non-francophones (en FLE - français langue étrangère) et des habitants de Romain-Rolland – ont intégré le projet et nourriront avec leurs mots et illustrations un recueil de contes à paraître au printemps prochain. Pour y parvenir, les porteurs du projet organisent depuis quelques mois des ateliers d’écriture encadrés par Jalila Messaoudi, référente familles de la Maison de quartier Romain-Rolland, et la professeure de français Pauline Nanty. Ateliers durant lesquels les participants s’amusent à écrire des histoires à partir d’objets découverts au musée lors de visites guidées. C’est donc dans l’ancien carmel que Lucile Chastre, médiatrice culturelle, assure l’une d’elles mercredi 17 janvier. Avec un petit groupe, elle propose un tour du fonds d’œuvres consacré à Paul Éluard, le poète dionysien. Khadija, Fetta et Hadila sont accompagnées de leurs enfants. Grands et petits griffonnent tout au long de la balade les formes que leur inspirent les œuvres et les récits qui les entourent. Les dessins et mots nés de ces visites-ateliers alimenteront le recueil de contes. Face à la statue de bronze d’Ossip Zadkine, représentant Paul Éluard, naissent des échanges et réflexions autour de la poésie et de l’art.

L’an passé, Jalila Messaoudi donnait des cours de FLE à la Maison de quartier Semard. Mieux que personne, elle sait que la non-maîtrise d’une langue, à l’écrit comme à l’oral, est parfois source d’angoisse et même de honte, surtout chez l’adulte. « À chaque atelier, je leur demande d’écrire leurs idées et je leur explique que je ne suis pas là pour les juger, développe Jalila. Certains adultes me disent qu’ils ont peur d’écrire, d’autres que l’écriture n’est pas pour eux.Mais au final je sais qu’ils seront fiers de leurs travaux. Et c’est le plus important. » Aussi important que d’amener dans ce lieu des publics éloignés géographiquement du musée. « C’est enrichissant pour les enfants, j’aimerais qu’ils se rendent compte de la chance qu’ils ont, lance tout sourire Halida. On connaît le musée de nom, mais pas en profondeur. C’est une richesse, un trésor caché. »

La visite se poursuit avec l’exposition Éluard/Picasso. Celle-ci contient des œuvres qui témoignent de l’amitié presque fraternelle qui liait le poète français au peintre espagnol. Parmi ces trésors, on tombe sur l’un des trois manuscrits du célèbre poème Liberté, signé de la main d’Éluard. Après une présentation passionnante de cet écrit magistral, durant laquelle les visiteurs apprennent qu’il a transité clandestinement jusqu’à Alger (Algérie) où il sera publié pour la première fois, Lucile Chastre propose un petit jeu. Retrouver parmi les œuvres de l’exposition des créatures susceptibles d’être maléfiques, et des symboles, au contraire, incarnant une certaine idée du Bien. Là-encore, l’objectif est de créer de la matière première en stimulant l’imaginaire des participants qui jouent le jeu jusqu’à la fin de la visite.

Pour la partie pratique, le projet Livre d’art et d’histoires a fait appel à d’autres intervenants, dont la maison d’édition dionysienne de L’Avant-Courrier. « Nous allons assurer l’accompagnement éditorial qui comprend le choix des typographies, l’élaboration de la maquette ou encore les illustrations… », livre Luna Granada qui mènera également des ateliers de gravure sur gomme. Aussi, la compagnie dionysienne de l’Artisanat des Menteurs travaillera avec les participants la mise en scène de leurs histoires en vue d’une représentation en mai lors de la Nuit des Musées. Le livre, lui, sera tiré à 2 000 exemplaires, et distribué dans les écoles primaires, les médiathèques et les antennes jeunesse de la ville.

Maxime Longuet 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur