Cultures

TGP
/ Haute saison

Avec la troupe de la Comédie française pour la lancer et un opéra de Cavalli en collaboration avec les Festivals de Saint-Denis et d'Aix-en-Provence pour la clore, la saison 2017-2018 du TGP s'annonce de très haute lignée.

Tout commencera en septembre, du 13 au 16, avec Vania, d'après Tchekhov, spectacle créé au Vieux Colombier à l'automne 2016 et qui avait fait événement à l'époque. Mis en scène par Julie Deliquet, invitée par la Comédie française (et dont on avait beaucoup aimé Des années 70 à nos jours en 2014 et Catherine et Christian en 2015), Vania est repris dans le cadre d'une tournée qui débute à Saint-Denis. Voir au TGP cette troupe prestigieuse, dont la magnifique Dominique Blanc, est en soi un événement.

Le programme concocté par Jean Bellorini et son équipe apparaît cette année encore plus riche qu'auparavant. Plusieurs temps forts s'en dégagent. Avec une création tout d'abord, du 8 au 26 novembre. Le Dernier jour où j'étais petite est un monologue de Mounia Raoui, auteure et interprète, que met en scène Jean-Yves Ruf (Les Trois sœurs, Jachère, précédemment au TGP). Elle raconte son parcours d'enfant et d'adulte, aujourd'hui comédienne confrontée à la condition d'artiste, à la précarité, au rapport entre le travail et la société. « Elle allie une grande dose d'autodérision à des moments poignants et poétiques », dévoile Marie-Hélène Bâtard, responsable de la communication au TGP. Autre création attendue avec impatience, celle de Macha Makeïeff (dont on avait applaudi ici-même le jubilatoire Trissotin ou les femmes savantes de Molière en 2015). Elle monte cette fois-ci du 29 novembre au 17 décembre une pièce méconnue de Mikhaïl Boulgakov, La Fuite !, sorte de vaudeville sur fond de révolution russe qui promet d'être aussi drôle qu'alerte.

2018 débutera avec un autre événement d'importance. Jean Bellorini présentera du 18 au 28 janvier le spectacle qu'il aura mis en scène en Russie à l'automne 2017 avec la troupe du Théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg, Kroum, de l'auteur israélien Hanokh Levin, comédie où les personnages « se débattent avec une certaine volupté dans leur compromission », indique le directeur du CDN de Saint-Denis. Suivra du 29 janvier au 17 février une création collective proposée par l'un des acteurs fétiches de Bellorini, Geoffroy Rondeau (le formidable Ivan de Karamazov), L'Âme humaine sous le socialisme, d'après un essai d'Oscar Wilde. Une révolte douce et joyeuse, nous annonce-t-on. Le spectacle suivant (du 31 janvier au 10 février) est une curiosité : France-Fantôme, de et mis en scène par Tiphaine Raffier est un spectacle de science-fiction, domaine rarissime au théâtre. Gaëlle Hermant mettra en scène du 15 au 17 février une création collective, Le Monde dans un instant avant que Jean-Michel Rabeux présente une adaptation de La Double inconstance, de Marivaux (du 3 au 25 mars). Isabelle Lafon (dont on a vu le formidable Une Mouette cette année) revient du 7 au 25 mars avec Let Me Try, d'après le journal de Virginia Woolf avant une création de Guillaume Barbot, Club 27, qui évoque les rockeurs morts à 27 ans : Jones, Hendrix, Joplin, Morrison, Cobain...

La saison se terminera en beauté avec du théâtre, de la poésie et de la danse mêlés (Anne Alvaro et Thierry Thieû Niang sur des poèmes de femmes amérindiennes, du 4 au 8 avril), la reprise très attendue du 16 mai au 3 juin de Paroles gelées, d'après Rabelais, premier spectacle que Jean Bellorini et sa compagnie Air de Lune avaient présenté au TGP en 2012. Viendra enfin les 26 et 27 juin Erismena, l'opéra de Francesco Cavalli créé cet été au Festival d'Aix dans une mise en scène du même Bellorini avec Leonardo Garcia Alarcon à la direction musicale.

Autour de cette saison ô combien attractive, on trouvera aussi sept spectacles jeune public, la reprise des spectacles présentés à Avignon cet été dans le cadre de La belle scène Saint-Denis (7 et 8 octobre), de la musique (avec les soirées du Saint-Denis Jazz club, Africolor le 23 novembre, Les Batteurs du 18 au 22 octobre), du cinéma (autour de 1789 et du Théâtre du Soleil le 1er octobre), ou encore une création avec de jeunes amateurs autour des sonnets de Shakespeare par Jean Bellorini et Thierry Thieû Niang (les 2 et 3 mai)... Vite, la rentrée !

Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.