Cultures

TGP
/ Haute saison

Avec la troupe de la Comédie française pour la lancer et un opéra de Cavalli en collaboration avec les Festivals de Saint-Denis et d'Aix-en-Provence pour la clore, la saison 2017-2018 du TGP s'annonce de très haute lignée.

Tout commencera en septembre, du 13 au 16, avec Vania, d'après Tchekhov, spectacle créé au Vieux Colombier à l'automne 2016 et qui avait fait événement à l'époque. Mis en scène par Julie Deliquet, invitée par la Comédie française (et dont on avait beaucoup aimé Des années 70 à nos jours en 2014 et Catherine et Christian en 2015), Vania est repris dans le cadre d'une tournée qui débute à Saint-Denis. Voir au TGP cette troupe prestigieuse, dont la magnifique Dominique Blanc, est en soi un événement.

Le programme concocté par Jean Bellorini et son équipe apparaît cette année encore plus riche qu'auparavant. Plusieurs temps forts s'en dégagent. Avec une création tout d'abord, du 8 au 26 novembre. Le Dernier jour où j'étais petite est un monologue de Mounia Raoui, auteure et interprète, que met en scène Jean-Yves Ruf (Les Trois sœurs, Jachère, précédemment au TGP). Elle raconte son parcours d'enfant et d'adulte, aujourd'hui comédienne confrontée à la condition d'artiste, à la précarité, au rapport entre le travail et la société. « Elle allie une grande dose d'autodérision à des moments poignants et poétiques », dévoile Marie-Hélène Bâtard, responsable de la communication au TGP. Autre création attendue avec impatience, celle de Macha Makeïeff (dont on avait applaudi ici-même le jubilatoire Trissotin ou les femmes savantes de Molière en 2015). Elle monte cette fois-ci du 29 novembre au 17 décembre une pièce méconnue de Mikhaïl Boulgakov, La Fuite !, sorte de vaudeville sur fond de révolution russe qui promet d'être aussi drôle qu'alerte.

2018 débutera avec un autre événement d'importance. Jean Bellorini présentera du 18 au 28 janvier le spectacle qu'il aura mis en scène en Russie à l'automne 2017 avec la troupe du Théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg, Kroum, de l'auteur israélien Hanokh Levin, comédie où les personnages « se débattent avec une certaine volupté dans leur compromission », indique le directeur du CDN de Saint-Denis. Suivra du 29 janvier au 17 février une création collective proposée par l'un des acteurs fétiches de Bellorini, Geoffroy Rondeau (le formidable Ivan de Karamazov), L'Âme humaine sous le socialisme, d'après un essai d'Oscar Wilde. Une révolte douce et joyeuse, nous annonce-t-on. Le spectacle suivant (du 31 janvier au 10 février) est une curiosité : France-Fantôme, de et mis en scène par Tiphaine Raffier est un spectacle de science-fiction, domaine rarissime au théâtre. Gaëlle Hermant mettra en scène du 15 au 17 février une création collective, Le Monde dans un instant avant que Jean-Michel Rabeux présente une adaptation de La Double inconstance, de Marivaux (du 3 au 25 mars). Isabelle Lafon (dont on a vu le formidable Une Mouette cette année) revient du 7 au 25 mars avec Let Me Try, d'après le journal de Virginia Woolf avant une création de Guillaume Barbot, Club 27, qui évoque les rockeurs morts à 27 ans : Jones, Hendrix, Joplin, Morrison, Cobain...

La saison se terminera en beauté avec du théâtre, de la poésie et de la danse mêlés (Anne Alvaro et Thierry Thieû Niang sur des poèmes de femmes amérindiennes, du 4 au 8 avril), la reprise très attendue du 16 mai au 3 juin de Paroles gelées, d'après Rabelais, premier spectacle que Jean Bellorini et sa compagnie Air de Lune avaient présenté au TGP en 2012. Viendra enfin les 26 et 27 juin Erismena, l'opéra de Francesco Cavalli créé cet été au Festival d'Aix dans une mise en scène du même Bellorini avec Leonardo Garcia Alarcon à la direction musicale.

Autour de cette saison ô combien attractive, on trouvera aussi sept spectacles jeune public, la reprise des spectacles présentés à Avignon cet été dans le cadre de La belle scène Saint-Denis (7 et 8 octobre), de la musique (avec les soirées du Saint-Denis Jazz club, Africolor le 23 novembre, Les Batteurs du 18 au 22 octobre), du cinéma (autour de 1789 et du Théâtre du Soleil le 1er octobre), ou encore une création avec de jeunes amateurs autour des sonnets de Shakespeare par Jean Bellorini et Thierry Thieû Niang (les 2 et 3 mai)... Vite, la rentrée !

Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.