À la une En ville

Présidentielle
/ Hanotin concentré sur le programme d'Hamon

Co-directeur de la campagne du candidat du PS, le député de Saint-Denis organisait une réunion publique essentiellement axée sur les propositions de son champion.
Lundi 6 mars, salle de la Légion d'honneur
Lundi 6 mars, salle de la Légion d'honneur

Mathieu Hanotin évoque avec gourmandise le chemin parcouru. Il se rappelle ce premier meeting de Benoît Hamon, organisé à la Plaine fin août 2016, quand les sondages pour la primaire socialiste prédisait à son champion une sévère déculottée, finalement transformée en victoire nette et sans bavure. « La primaire a permis à la gauche de redevenir une force politique crédible », estime M. Hanotin devenu co-directeur de la campagne de M. Hamon après avoir piloté celle de la compétition interne. C’est à ce titre qu’il officie lundi 6 mars, salle de la Légion d’honneur, devant environ cent cinquante personnes. À moins de cinquante jours de la présidentielle, il est là pour parler programme quand la campagne est accaparée par les conséquences du Penelopegate. À son auditoire, il détaille les trois piliers programmatiques du candidat du PS.

Premier axe, le travail et la place qu’il occupe, avec le revenu universel d’existence comme mesure phare. « C’est une réforme du niveau de la Sécurité sociale de 1947 », insiste le député de Saint-Denis qui précise la première étape de sa mise en place : « le 1er janvier 2018, il entrera en vigueur pour les jeunes à hauteur de 600 euros, ce qui leur permettra de se concentrer sur leurs études au lieu de travailler pour les financer ». M. Hanotin estime entre « 500 et 600 000 le nombre d’emplois occupés par les étudiants qui seront ainsi se libérés » et chiffre à 40 milliard d’euros le financement ce premier étage de la fusée.

Deuxième axe, « Benoît candidat de la social-écologie » au statut conforté par « l’accord extraordinaire » signé avec Yannick Jadot. Celui-ci prévoit notamment la sortie du nucléaire, « une énergie d’hier », d’ici 25 ans et acte la volonté d’en finir aussi avec « le temps du conglomérat unique de l’énergie (EDF) ».

Troisième axe enfin, la « question démocratique avec l’institution d’une 6e République » en lieu et place de la 5e « dépassée car faite pour un homme providentiel ». En cas d’élection de Benoît Hamon, rappelle M. Hanotin, le second tour des législatives, le 18 juin, sera couplé avec un triple référendum populaire sur  « le 49-3 citoyen, la reconnaissance du vote blanc et le droit de vote des étrangers ».

Dans la salle, les mains se lèvent. La première question, suivie d’une douzaine d’autres, nourrira une bonne partie des deux heurs de débat. Elle concerne le trafic de drogue et plus précisément la légalisation du cannabis que M. Hamon préconise, mais que cette dame déplore. « La prohibition ne marche pas, martèle M. Hanotin. Elle génère le trafic dans nos quartiers et ne permet pas le contrôle sanitaire de produits de consommation de masse. » D’autres Dionysiens s’enquièrent du financement du revenu universel, de la politique de migration... Plusieurs parlent de ce qu’ils apprécient chez Hamon, « il ne se présente pas comme un héros, parle avec simplicité tout en respectant le langage ». À la tribune, on boit du petit lait.

Étonnamment, personne n’a encore abordé la division de la gauche, la non fusion Hamon-Mélenchon et donc la probable non qualification de l’un et de l’autre au second tour. C’est finalement Mathieu Hanotin qui évoque le sujet en reprochant au leader de la France Insoumise « dont personne, pas même lui, peut croire qu’il sera président de la République » de voir « l’histoire par le petit bout de la lorgnette ». Avant de conclure, « les électeurs devront faire le tri que les candidats n’auront pas su faire ». Pour lui, aucun doute, le trié sera Hamon.  

Réactions

Comment peut-on laisser Mathieu Hanotin dire de telles conneries ? Déjà le financement de son revenu universel est infinancable Surtout, il est impossible de faire un référendum le même jour que les législatives car la constitution l'interdit. En prenant le circuit le plus rapide, il faut minimum 3 mois pour organiser un référendum... Mathieu Hanotin n'a aucun bilan de député sur saint Denis, et pour se faire entendre et réélire, il raconte n'importe quoi Pour information, http://m.nouvelobs.com/politique/20141002.OBS1025/referendum-sarkozy-va-devoir-reviser-son-droit-constitutionnel.html
Député Hanotin les colleges de Saint -Denis en ébullition en grève et on ne vous entend pas ?? La souffrance des instituteurs un courrier vous été envoyé rien à l'horizon trop occupé pour la présidentielle un petit poste de ministre à la clef au cas ou ? J'ai lu avec attention le rapport des députés les plus actifs à l'assemblée nationale et bien rien vous n'existez pas trop occupé monsieur le directeur de postes ã pourvoir du pipeau Votre CV sera déroulage de tapis et carrieriste si on était dans un autre temps et dans une autre contrée vous auriez fini avec du goudron et des plumes comme les vendeurs de potion à faire pousser les cheveux
Je cite. "Étonnamment, personne n’a encore abordé la division de la gauche, la non fusion Hamon-Mélenchon et donc la probable non qualification de l’un et de l’autre au second tour." Les ego. Mais c'est pas plus mal en fait. Est ce qu'on fait de la politique pour gagner (PEU, BRAOUEZEC, PAILLARD et consort) ou pour des idées. HAMON comme MELONCHON ont des idées tranchées et ne sont pas compromis comme certains en allant chez MACRON. L. RUSSIER en soutenant MELANCHON ne prends pas trop de risque, il fera au grand max 10 %. Il est trop radicale. La révolution n'aura pas lieu car la France vieillit. HAMON, que je soutiens, a résisté à l'ensemble du PS mais pas les électeurs. Il n'est pas dans une logique d’appareil. Regardez le nombre de "personnalités" préférant quitter le navire pour avoir un poste de ministre ou garder son poste de député. Certains diront que c'est de la réal-politique.... Mais c'est le coté le plus dégueulasse de la politique. Se renier pour un post. La vielle classe politique se complaît (comme à Saint Denis) de ses actions mais a totalement oublié pourquoi elle était à cette place. Et après il faut pas se demander pourquoi les habitants des territoires les plus défavorisés ne votent plus.
Du hascich et un RSA, voilà le programme de Hamon.. pour le reste c'est pas lui qui va s'en occuper, c'est l'Europe et les traités, idem pour Melenchon, Fillon avec moins de Hachich et plus de capitalisme et de famille. Pour Macron, ce type n’existe pas, c'est le VRP des banques et de l'Europe. On aimerait qu'on nous explique qui va gouverner la France et qui sont les marionnettistes car les marionnettes on les connait déjà, ainsi que leur remplaçants(Juppé, Baroin..). On aimerait connaitre le programme des marionnettistes, on a déjà un aperçu avec les traité TAFTA et CETA et leur continuité durant ce nouveau mandat.
La politique n'est plus la politique mais uniquement du marchandage. tu me donnes ça et je voterai pour toi. l'UDI qui lâche Fillon et qui revient après pour avoir des postes aux législatives et c'est comme cela partout. nationalement et localement.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.