Cultures

1% artistique
/ Gros œuvre d’art

Le dispositif destiné à consacrer une infime part du budget d’une construction d’un bâtiment public à la commande ou à l’achat d’œuvres d’art est, depuis 2016, étendu aux opérations privées. Ainsi, Perspective 18, œuvre de Louis-Cyprien Rials, a été inaugurée dans un nouvel immeuble au 16 rue Gabriel-Péri.

Des œuvres d’art pour tous et partout : dans les écoles, aux balcons, sous les porches, dans les halls… Si à son origine, le 1% artistique se dédiait uniquement aux bâtiments publics, ce dispositif peut s’étendre depuis 2016 aux opérations privées. C’est dans ce contexte qu’était inaugurée mardi 12 juin Perspective 18, œuvre du photographe Louis-Cyprien Rials qui orne à présent le hall du nouvel immeuble de 57 logements au 16 rue Gabriel-Péri, sorti de terre dans le cadre de requalification urbaine du PNRQAD. « Ces opérations privées ne sont pas soumises aux mêmes règles que le marché public, la procédure est donc plus souple. Nous pouvons passer des commandes directes, lancer des appels à projets restreints ouverts à seulement trois ou quatre artistes, détaille Marie-Sophie Amasse, responsable des projets arts et territoires à la Ville. Contrairement au 1% dans le public, nous n’obligeons pas les promoteurs à dédier 1% de leur budget à une œuvre. Ils déterminent eux-mêmes une somme. » Cette inauguration dionysienne était la première en France à être réalisée dans le cadre de la charte « Un immeuble, une œuvre » et la première aussi pour le groupe Emerige, financeur du projet. Treize promoteurs immobiliers parmi lesquels Emerige (collectionneur d’art, propriétaire de galeries), Vinci ou encore Eiffage, sont signataires de ce texte établit par le ministère de la Culture.

« Nous avons été innovants sans le vouloir. Le ministère annonçait la possibilité d’élargir le 1% au privé au moment même où nous lancions cette extension. C’est un pur hasard, assure Maire-Sophie Amasse avant de poursuivre. Relancer le 1% artistique dans le public est un choix politique car cela à un coût : de l’ordre de 80 000 euros en moyenne pour un groupe scolaire. Mais l’étendre au privé en est un aussi, car nous demandons au privé de contribuer. » Une trentaine d’opérations de ce type sont en cours à Saint-Denis.Procédure méconnue, le 1% artistique consiste à consacrer un pour cent du budget d’une construction, d’une extension ou d’une réhabilitation d’un bâtiment public à la commande ou à l’achat d’une ou plusieurs œuvres d’art. Une façon de soutenir la création et de sensibiliser le grand public à l’art. Depuis sa création en 1951, plus de 12 300 œuvres ont ainsi été intégrées à des édifices. Ce dispositif, en perte de vitesse depuis les années 1970 à Saint-Denis, connaît un second souffle.

Depuis 2011, la Ville a tenu à le relancer et a fait réaliser pour l’heure sept œuvres dont une accompagnait la réhabilitation de la Maison de quartier Pierre-Semard et les six autres la construction des groupes scolaires Lacore-Opaline (Plaine), Jacqueline-de-Chambrun (Porte de Paris), Anatole-France (Pleyel), Petits-Cailloux/Niki-de-Saint-Phalle, Montjoie en 2016 et La Confluence/Pina-Bausch début 2017. Ainsi, le Yéti d’Ibai Hernandorena devenue la mascotte du groupe scolaire Lacore-Opaline. Ces œuvres ont été retenues à la suite d’un appel d’offres lancé par la Ville. Selon Marie-Sophie Amasse, « il faut que l’œuvre soit contextuelle, qu’elle ait un rapport avec le lieu, qu’elle respecte bien évidemment le budget mais aussi qu’elle soit accompagnée d’une médiation destinée au public concerné ».

Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur