Cultures

Taille de la première pierre
/ François Hollande officialise la flèche

Le président de la République assistait samedi aux premières festivités pour la reconstruction de la flèche de la basilique. Détendu et d’humeur joviale, il s’est prêté au jeu des selfies et a salué l’intérêt du projet pour la ville.
Laurent Russier, François Hollande et Patrick Braouezec ensemble pour la flèche.
Laurent Russier, François Hollande et Patrick Braouezec ensemble pour la flèche.

Installé dans le jardin Pierre de Montreuil, le chapiteau sous lequel doit s’exprimer le président de la République est cerné par de nombreux curieux et par des dizaines de journalistes armés de leur patience, appareil photos en bandoulière, accréditation officielle autour du cou. Tous attendent l’arrivée « imminente » de François Hollande. La feuille de route est réglée comme du papier à musique. Sur les coups de 9h45, le président Hollande pénètre dans la basilique pour une visite guidée assurée par Jacques Moulin, l’architecte en chef des Monuments historiques. Il en sort un quart d’heure plus tard par la porte des Valois qui donne sur le jardin où se dresse la structure construite par l’association d’architecture expérimentale, Bellastock. François Hollande évolue sous ce dôme de bois alors que les photojournalistes jouent des coudes pour avoir le meilleur angle de vue. Les visiteurs, eux, tentent de prendre des selfies, jeu auquel se prête volontiers le président. Il paraît détendu, contrairement à son service de presse, et profite de l’instant. Et on le comprend. La fin de son mandat approche et la cote de popularité du locataire du Palais de l’Élysée n’est pas au mieux. Alors, un bain de foule est toujours le bienvenu. Il s’arrête, discute avec des ouvriers du chantier du château de Guédelon qui initient leur invité à la taille de la pierre comme on la pratiquait au Moyen-Âge. Encore quelques poignées de mains et échanges bienveillants devant le stand de l’association Franciade qui présente son impression en 3D de la flèche, et le voilà qui clôt cette promenade. Il entame ensuite symboliquement la taille de la pierre sous le chapiteau.

À ses côtés, prennent place la présidente de la Région Île-de-France Valérie Pécresse, la ministre de la Culture Audrey Azoulay, le président de Plaine Commune Patrick Braouezec et bien sûr Laurent Russier. C’est d’ailleurs, le maire dionysien qui ouvre le bal. Saluant tour à tour ses prédécesseurs dont celui à l’origine de ce projet il y a trente ans, Marcelin Berthelot. Soulignant l’importance de ce « chantier-école autofinancé », le maire de Saint-Denis qualifie le remontage de la flèche comme l’un des projets les plus remarquables du XXIe siècle. Braouezec abonde dans son sens et, après de multiples remerciements, celui-ci cède sa place à François Hollande. « L’Abbé Suger voulait faire de Saint-Denis une capitale politique, religieuse, économique préfigurant Paris », rappelle-t-il avant d’ajouter « je ne le dirai qu’ici mais Paris est la banlieue de Saint-Denis », provoquant des vivats dans l’assistance.  « Patrick Braouezec nous dit que le chantier s’achèvera en 2024… Vous auriez pu prévoir cinq ans, on en fait déjà beaucoup en cinq ans (rires). » François Hollande conclut son allocution en soutenant le « caractère emblématique » de ce remontage : « Il y avait un message d’espérance dans la construction de cette flèche, la vie était si difficile qu’il fallait imaginer un au-delà plus glorieux. Mais aujourd’hui, il ne s’agit pas simplement de s’élever dans le ciel pour parler aux forces de l’esprit. Il s’agit de montrer qu’ici à Saint-Denis il est possible de se dépasser et de réussir sa vie… Voilà le symbole de la flèche. » Le chantier, maintenant officialisé, débutera à la rentrée prochaine. L’association Suivez la flèche table sur une ouverture des premières visites au printemps 2018 avec la mise en place d’un échafaudage dédié.

Maxime Longuet

Réactions

Bonjour. Je ne vais pas m’éterniser sur le fiasco annoncé de cette pseudo reconstruction mais sur le cinéma autour de ce "projet". On a l’impression qu'il n'y a pas d'urgence dans la ville. - Les émeutes dans le pire lycée de France. - La détresse sociale de nombreux habitants. - Le CTM toujours en gréve et des employés municipaux en grève de la faim (du jamais vu). - Un conseil municipal pas très unie Je ne cite que les urgences absolue du moment..... Mais non, ça pavane devant le président d'un gouvernement qu'il n'ont pas cessé de critiquer pendant les 5 dernières années. Vous savez messieurs les élus de la ville de Saint Denis, F. HOLLANDE n'a jamais démenti l'expression des "Sans dents".... Il n'a pas une haute estime de vous. Quand il dit que Paris est la Banlieue de Saint Denis, il n'en pense pas un mot...
Maintenant que Braouzec soutient officiellement leur champion Macron, il faut lui rendre l'appareil et venir faire croire aux Dyonisien à cette mascarade qui est loin très loin d'être la priorité des habitants.
Pendant que des élus sans électeurs pavanent, des Dyonisiens contribuables se demandent à quoi servent leurs impôts. Je reçois le JSD deux fois par semaine dans ma boite, je prends ça comme un début de réponse. Vivement que votre papier ferme ses portes subventionnées, ça pu la fillonnerie cocomacroniste par ici.
@Azzedine c'est vous le maire de Stains ?
@Azzedine Au temps des cathédrales, la détresse des populations européennes était extrême. Construire une cathédrale ou une basilique revenait alors littéralement à déplacer des montagnes : il fallait amener les matériaux à pied ou à cheval, sur des dizaines, voire des centaines de kilomètres. Le seul espoir des gens d'antan était la rétribution divine dans l'au-delà... Alors quand. de nos jours, on cherche sans cesse à miroiter aux gens "le paradis sur terre" (ou "nous sommes la force et l'espoir"), pas étonnant que de tels projets ne suscitent plus d'enthousiasme...

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.