À la une Cultures

Médiathèques
/ Extension du domaine de la lecture

Les médiathèques étendront leurs horaires d’ouverture à la rentrée. Une bonne nouvelle pour les usagers, mais qui suscite des inquiétudes au sein des personnels.

« De la culture, de l’humain, et tout ira bien » pouvait-on lire sur les banderoles des manifestants. Pour marquer la fin du mouvement de grève des salariés des médiathèques, une dernière mobilisation réunissant une cinquantaine d’agents était organisée mardi 19 juin devant le siège de Plaine Commune. Ce rassemblement faisait suite à celui qui s’était tenu quelques jours plus tôt à Stains, lors de l’inauguration de la médiathèque Louis-Aragon. La grogne s’était amplifiée après que la direction de la lecture publique a décidé l’extension des horaires d’ouverture des médiathèques pour la rentrée prochaine, soit 1 273 heures d’ouverture annuelles en plus. « À l’année, cela représente environ 6 heures de plus par agent, tient à relativiser Dominique Deschamps, directrice de la lecture publique de Plaine Commune. D’ailleurs, je préfère le terme optimisation à extension. » Cette nouvelle amplitude horaire s’applique suite à la mission Orsenna chargée de dresser un état des lieux des réseaux de lecture publique en France à la demande du ministère de la Culture. « Sur le principe, nous ne sommes pas opposés à une extension des horaires, nous demandons juste des moyens humains supplémentaires », rappelle Gildo, agent syndiqué à la CGT. Mais pour la direction, qui accuse des dotations en baisse, il ne peut y avoir d’embauches supplémentaires. « Depuis 2005, nous sommes passés de 184 postes à 303 aujourd’hui, dont 272 agents qui font de l’accueil, précise Mme Deschamps qui considère que les salariés du réseau sont bien lotis. Nous nous sommes engagés à ce que la moitié du temps de travail de chaque agent soit consacrée à la préparation. »

 

Ouvrir au public aux jours d'affluence

 

L’amplitude horaire cristallise les inquiétudes des salariés qui craignent une dégradation de leurs conditions de travail et par conséquent de la qualité de leur mission auprès des usagers. « Ces nouveaux horaires ont été testés à la médiathèque Saint-John-Perse en centre-ville à Aubervilliers. Au bout de six mois d’essai, la direction a constaté l’épuisement de l’équipe. Ils vont donc passer à la rentrée à 27 heures contre 36 heures initialement prévues », pointe Gildo. Mais pour la direction de la lecture publique, les horaires ne sont pas la cause de ce revirement. « La réhabilitation de la médiathèque n’a pas permis la création de nouveaux espaces tels que des bureaux. Les agents qui y étaient affectés se retrouvaient donc toujours en contact avec le public et avaient le sentiment de ne jamais décrocher », convient Dominique Deschamps. Le représentant syndical de pointer un autre sujet : « La direction s’est engagée à reconsidérer sa politique de refus systématique des temps partiels qui n’étaient pas de droit et les temps partiels demandés le mercredi. » Mais la directrice ne l’entend pas de cette oreille. « Il n’y a pas eu de refus systématiques, nous avons un management bienveillant, se défend-elle avant d’ajouter : Même s’il est possible d’accorder un mercredi de congé, nous avons une nécessité d’ouvrir au public aux jours de forte affluence qui sont le mercredi et le samedi. »

 

"Agents soumis à des violences"

 

Mardi 26 juin, les horaires des petites vacances ont fait l'objet d'une consulation accompagnée d'un vote. Les agents conservent un samedi sur deux non travaillé sur l'année courante. Pour compenser, les employés des médiathèques de proximité et intermédiaires travailleront un jour de 13h à 19h en semaine longue. Un préavis de grève pourrait être déposé. Les employés des médiathèques ont obtenu le maintien de l’ouverture des médiathèques Glarner à Saint-Ouen et Aladin à Saint-Denis les mercredis et samedis. Enfin, le service de la lecture publique de Plaine Commune a garanti le renforcement des mesures de prévention contre les violences. « Nous sommes soumis de plus en plus fréquemment à des violences physiques ou verbales, témoigne le syndicaliste qui craint que le phénomène ne s’accentue avec la baisse du nombre d’agents à l’accueil du public qui serait l’une des conséquences de l’extension des horaires. Une affirmation fausse rétorque-t-on cependant à la direction. « Le fait que les médiathèques de quartier soient moins impactées que celles de centre-ville a cependant rassuré nos collègues. La majorité sont des femmes et s’inquiètent de rentrer tard le soir », confie toutefois le délégué syndical qui plaide pour une meilleure prise en compte de la vie de famille des agents. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’extension des horaires provoque quelques remous au sein du réseau des médiathèques. « Je peux comprendre que certains craignent le changement, mais la société change, il faut faire face », lâche Mme Deschamps.

Actuellement, vingt-deux heures d’ouverture sont prévues dans les médiathèques de proximité : à Saint-Denis, Gulliver (Floréal) et Ulysse (Franc-Moisin) ouvriront le mardi de 15h à 19h, le mercredi de 10h à 12h et de 14h à 18h, le jeudi (un nouveau jour d’ouverture) et le vendredi de 15h à 18h, et le samedi de 10h à 12h et 14h à 18h. Quant à la médiathèque dite « intermédiaire » Don Quichotte (Plaine), elle accueillera le public 27 heures par semaine soit 3h30 de plus qu’actuellement : le mardi de 15h à 20h, le mercredi de 10h à 18h, les jeudi et vendredi de 15h à 18h et le samedi de 10h à 18h. Enfin, la médiathèque Centre-ville passe de 33 heures d’ouverture hebdomadaires à 36 heures. Les portes seront ouvertes sans interruption les mardi et jeudi de 14h à 20h, les mercredi, vendredi et samedi de 10h à 18h. Pour rappel, en France en 2015, la moyenne du nombre d’heures d’ouverture hebdomadaire était de 42 heures pour les villes de plus de 100 000 habitants (source : rapport Orsenna).

Maxime Longuet

Réactions

Pas un mot sur la médiathèque de la Courneuve attaquée à la voiture bélier. Ceux qui ont fait cela ne devaient pas être de gros lecteurs ... Courage à ceux qui luttent contre l'obscurantisme, ils ont du travail à Saint-Denis, à la Courneuve, et ailleurs !!!
@horta, quel rapport entre l'extension des horaires d'ouverture des médiathèques de Saint-Denis et l'attaque à la voiture bélier de la médiathèque John-Lennon? A part lancer une pique gratuite en direction du journal je ne vois pas où vous voulez en venir. Pour rappel le Journal de Saint-Denis, s'attache à informer sur l'actualité de Saint-Denis, pas de La Courneuve. Enfin cet article est tiré de la version papier du JSD qui est imprimée chaque mardi soir. Or les évènements dont vous parlez ont eu lieu dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27...Cordialement Yann Lalande.
@yann.lalande Justement le propre d'un journal sur le Web n'est-il pas de pouvoir réagir (interagir ?) avec l'actualité. Je faisais simplement remarquer la collusion entre 2 événements non sans rapport. D'une part un accès plus aisé à la culture pour une "élite" et d'autre part des personnes totalement en marge de la culture et qui la considèrent comme un ennemi à détruire.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur