À la une En ville

Education
/ Et si l’on revenait à quatre jours d’école ?

Jusqu'au 15 décembre la ville consulte les parents d'élèves sur les rythmes scolaires. A l'occasion de la restitution le 9 janvier, le maire pourrait annoncer le retour à la semaine de quatre jours à la rentrée 2018.
Retour à la semaine de quatre jours en septembre 2018 dans les écoles de Saint-Denis? Réponse le 9 janvier
Retour à la semaine de quatre jours en septembre 2018 dans les écoles de Saint-Denis? Réponse le 9 janvier

En janvier 2013, le ministre de l’Éducation nationale avait initié une réforme de l’organisation du temps scolaire qui impliquait le retour à une semaine scolaire de 4,5 jours, appliquée dès la rentrée suivante pour les communes volontaires. Les autres avaient obtenu une année de plus avant d’adopter ce fonctionnement. À Saint-Denis, la municipalité avait décidé d’attendre 2014 pour le mettre en œuvre. Trois ans plus tard, un décret de juin 2017 du ministère de l’Éducation nationale ouvre aux maires la possibilité de revenir à la semaine de quatre jours. 14 villes du 93 l’ont déjà fait à cette rentrée, dont Epinay, Stains et La Courneuve.

À Saint-Denis, la Ville a lancé une consultation sur les rythmes. Un questionnaire a été envoyé aux parents d’élèves (également disponible en ligne : http://k6.re/sfq1y).

Du côté de la FCPE Saint-Denis, on regrette que la Ville « n’ait pas donné suite à notre demande de reporter d’un an la décision pour débattre de ce retour en arrière ». Pour Arnaud Blanc, de la FCPE dionysienne, « la semaine de 4,5 jours avec le mercredi matin est la moins pire des solutions. Ce que l’on reproche à la semaine de 4 jours, c’est de faire des journées trop longues, et de créer une rupture au milieu de la semaine. » Ce constat s’appuie sur deux synthèses, l’une de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), l’autre de l’Académie de médecine. « La première souligne qu’il vaut mieux des journées qui ne dépassent pas cinq heures d’école réparties sur des jours consécutifs. Et la deuxième montre que cette organisation est préjudiciable aux familles les plus modestes : le mercredi matin laissé libre n’est pas exploité par les parents au profit d’activités compensant l’absence d’école ce jour-là. »

70 conseils d'école se sont prononcés pour la semaine de 4 jours

Cette position « pragmatique » n’est pas partagée par tous les représentants de parents. « La plupart d’entre eux préfèrent la semaine de 4 jours, car ça libère une journée, témoigne Arnaud Blanc.Le problème, c’est que les parents ne sont pas assez informés, et le courrier de la mairie ne les renseigne pas sur ces aspects scientifiques. On a l’impression qu’on leur demande juste ce qui est le plus pratique pour eux. » Pour Suzanna de la Fuente, maire adjointe à la vie scolaire, « la discussion aurait dû avoir lieu à l’échelle nationale ». Toutefois, elle rappelle que la mairie est allée au-delà du devoir en termes de consultation. « La seule obligation du maire, c’était de soumettre cette question aux conseils d’école », l’instance qui regroupe représentants de parents d’élèves et enseignants. 70 conseils sur 71 ont voté pour les 4 jours. « Mais on a choisi de consulter plus largement, afin que tous les parents puissent donner leur avis, en ajoutant aussi une question ouverte, pour qu’on puisse nous faire remonter des préoccupations, sur ce sujet ou sur un autre », explique l’élue. Comme la majorité des enseignants sont en faveur d’un retour à 4 jours, l’issue de la consultation fait peu de doute.

La restitution aura lieu mardi 9 janvier, en présence du maire. Si le retour à 4 jours devait se concrétiser, cela poserait des questions d’organisation à la rentrée 2018. « On va perdre des moyens de l’État, donc il va falloir travailler finement pour conserver la plus-value périscolaire qu’on avait mise en place avec le passage à 4,5 jours », conclut Suzanna de la Fuente.

Sébastien Banse 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.