À la une Cultures

Création participative et festive
/ Et si on faisait un carton ?

Une semaine pour construire un monument éphémère au pont de Soissons, à la Plaine, et le détruire dans une grande cérémonie défouloir : c’est ce que propose le projet « Les villes qui cartonnent », destiné à consolider les liens entre les institutions culturelles et les habitants.
Le projet "Les villes qui cartonnent" est passé par La Courneuve en avril
Le projet "Les villes qui cartonnent" est passé par La Courneuve en avril

Les boîtes vont s’amonceler, étage par étage, jusqu’à former une structure d’une vingtaine de mètres. Et après l’effort… le défouloir ! L’édifice fait de cartons et de scotch sera réduit à néant lors de sa collaborative (et festive) destruction. Les bâtisseurs volontaires de ce monument éphémère sont appelés à se regrouper sous le pont de Soissons (quartier Plaine) le 9 juin pour l’élévation et le 10 juin pour la déconstruction proprement dite.

« C’est inédit et addictif comme sensation, témoigne sur un ton enjoué Clément Dallex Mabille, chargé de production à l’académie Fratellini. Il y a une sensation de lévitation et d’apesanteur quand on se place en dessous de la structure au fur et à mesure que celle-ci se dresse. Il y a aussi une certaine émotion au moment de la destruction, cela nourrit la réflexion autour de la ville qui se construit et se déconstruit. » Le projet qui s’étend sur trois villes a été piloté conjointement avec l’école de cirque dionysienne, l’Espace Imaginaire, la Maison des Jonglages, le théâtre Mains d’Œuvre et la Villa Mais d’Ici. S’y sont associés Plaine Commune et les services culturels de Saint-Denis, Aubervilliers et La Courneuve, villes qui bénéficient chacune d’une construction cartonnée unique. La Courneuve a déjà eu droit à son édifice en avril et Aubervilliers bouclera la boucle en septembre. L’objectif principal du projet « Les villes qui cartonnent » était de consolider des liens déjà existants entre les institutions culturelles et d’en créer de nouveaux avec les habitants sur fond de réappropriation du territoire et de son histoire.

Les gazomètres de La Plaine pour inspiration

« La Maison des Jonglages a proposé le travail d’Olivier Grossetête que certains avaient pu découvrir à la Villette avec l’édification d’une petite ville éphémère, confie Clément Dallex Mabille. Même si le climax sera atteint le jour de la déconstruction, ce qui est intéressant c’est tout le travail réalisé en amont entre les différentes structures et la population. » Avant que les plans ne soient finalisés par le plasticien Grossetête et ses chefs de chantier, plusieurs ateliers d’idéation ont mis en exergue les envies et les concepts des habitants. À Saint-Denis, des brainstormings ont été organisés en mars et en mai ; en ont résulté des formes architecturales faisant référence aux gazomètres de la Plaine, réservoirs cylindriques emblématiques du quartier bien que disparus aujourd’hui. Jean-Jacques Clément, de l’association Mémoire Vivante de la Plaine, et Pierre Hiault, chef de projet aménagement des quartiers Plaine et Pleyel à Plaine Commune,ont animé une conférence à Fratellini qui a su nourrir l’imaginaire des participants.

20 mètres de haut et plus d'une tonne

Les plans maintenant validés, des ateliers de construction auront lieu du 4 au 8 juin à la Maison de quartier Plaine. Il s’agira pour l’heure de pré-assembler certains pans du cylindre en carton. À noter qu’il reste des créneaux libres le matin, en après-midi et en soirée. Chaque projet nécessite entre 200 et 500 personnes, la structure pouvant atteindre plus de 20 mètres de hauteur et peser plus d’une tonne. Que l’on se rassure, aucun accident de chantier n’a été recensé.

Les préfabriqués s’emboîteront le samedi 9 juin sous la férule des équipes d’Olivier Grossetête. Le lendemain, dimanche, une déambulation partira du Grand Chapiteau de l’académie Fratellini avant de gagner le pont de Soissons et de procéder à la dislocation de la structure. L’événement entrera en résonance avec les 20 ans du recouvrement de l’A1, célébrés par la Ville de Saint-Denis et le festival Les Impromptus qui clôt la saison de Fratellini. En somme, un programme festif conçu pour que l’acrimonie générale s’effondre tel un château de cartons.

Maxime Longuet

Ateliers de construction du lundi 4 au vendredi 8 juin (11h/13h et 15h/17h) à la Maison de quartier Plaine (16, cours du Ru-de-Montfort). Élévation samedi 9 juin (11h/13h et 15h/17h) au pont de Soissons. Déambulation dimanche 10 juin au départ du Grand Chapiteau de l’académie Fratellini (17h30) jusqu’au pont de Soissons pour la destruction de la structure. Inscriptions au 01 49 46 16 22 / saintdenis@lesvillesquicartonnent.com. Inscriptions possibles même pendant la semaine d’ateliers.

Réactions

Il y a une petite erreur sur l'adresse de la maison de quartier. C'est 5 rue Saint-Just

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur