Cultures

Escape-game
/ Enquêtez sur le dernier secret de la Reine

Nous sommes le 13 octobre 1793. Dans la basilique de Saint-Denis, un petit groupe de curieux occupe la crypte royale. Plongé dans une semi-obscurité, le commissaire Germain Poirier assure la visite du chantier d’exhumation des corps des rois de France. Au total, quinze visiteurs, des publicistes (appellation des journalistes à cette époque) et des membres des commissions du Muséum et de la Sûreté, ont répondu à l’appel. Mais une tragédie va soudainement perturber le cours de la visite…

C’est en résumé ce que contient le scénario (garanti sans spoilers) de l’escape-game baptisé Le dernier secret de la Reine et monté par la compagnie dionysienne de La Petite Main. Durant une heure et demie, les joueurs armés de bougies et de lanternes vont devoir se triturer les méninges et lever le voile sur un drame qui s’est joué à quelques pas d’eux. Si le scénario est fictionnel, il s’inspire néanmoins d’un contexte bien réel. Nous sommes un an après la prise du Palais des Tuileries, événement qui a marqué la Révolution française et mis fin à la monarchie constitutionnelle ; le procès de Marie-Antoinette vient de débuter ; et les révolutionnaires déterrent les cercueils entassés dans les caveaux de la basilique (170 au total). Germain Poirier, héraut du patrimoine et membre de la commission conservatrice des Monuments, a bel et bien existé lui aussi.

« Les soldats de la République ont mené ce chantier d’exhumation pour récupérer du plomb contenu dans les cercueils et en faire des munitions. C’était une pratique courante bien avant la République d’ailleurs, car les églises étaient de véritables mines de plomb, raconte Laurent Gerlaud de la compagnie La Petite Main, auteur du scénario. Mais il y avait surtout une volonté de détruire les symboles de la monarchie. La mémoire royale repose sur le culte des morts. La récupération du plomb a servi de prétexte pour déraciner la dynastie des Bourbons. » Le dernier secret de la Reine qu’il appelle « jeu d’escampette » est à mi-chemin entre l’escape-game (résoudre des énigmes pour s’échapper d’un lieu) et un mystery-game (sorte de Cluedo grandeur nature). « C’est une ruse pédagogique, à la sortie on a envie d’en savoir plus. D’ailleurs, pour participer, il n’y a pas besoin de connaissances historiques », assure Laurent.

Lancée en 2014, la compagnie La Petite Main a su très vite se spécialiser dans les visites théâtralisées. C’est en 2016 qu’elle mène une première expérience autour d’un escape-game réalisé dans le château de Vincennes. Avec Prisonniers du donjon !, les joueurs se plongent dans un contexte historique, parfois méconnu : en 1749, Vincennes servait de prison, durant le jeu, les participants font la rencontre d’un drôle de détenu : Diderot. « Notre scénario n’est pas figé, des événements se produisent en cours de jeu, la fin est ouverte, détaille Laurent Gerlaud. Il n’y a pas ce côté panique d’un escape-game classique, sinon les joueurs n’apprendraient pas grand-chose. » Et la formule semble fonctionner puisque pour participer au Dernier secret de la Reine, il faut désormais s’inscrire sur une liste d’attente. 

MLo

Le dernier secret de la Reine, infos et réservations auprès de Sylvie Koch au 01 49 21 14 87 ou reservations.basilique@monuments-nationaux.fr. Durée : 1 h 30. Tarif individuel : 40 euros.

 

Réactions

Semble être très intéressant. Nous donne envie d'y participer.
C'est tentant, mais pas à la portée de tout le monde: 40 euros c'est cher
40 Euros ce sont 4 menus de burgers ou poulet fris ou des kebabs Ou encore des chaussures qui ne tiendront pas plus de 2 mois et qu'il re-faudra jeter-incinérer et racheter à 40 euros pour les 2 mois suivants...Parfois il faut faire des choix ! Bravo. Un Escape-game à la Basilique Royale qui l'eût cru !! Après Assassin's creed le film comme le jeu-vidéo qui se passent dans cette même Basilique. Waouh ça promet ! :) Merci pour cette info.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur