À la une Cultures

Tags écolo
/ Drôles de petites Freemousse

Un trio d’artistes dionysiens parent les murs du centre-ville de figures végétales – lion, cerf, soucoupe volante… Sans autorisation, à l’instar des graffeurs, mais avec des matériaux plus respectueux de l’environnement que de la peinture en bombe.
Gonzague, Laure et Willemin devant leur nouvelle création.
Gonzague, Laure et Willemin devant leur nouvelle création.

Elles apparaissent soudainement au détour d’une rue, contrastant avec les murs de béton sur lesquels elles ont été soigneusement posées. Les Freemousse ont fait leur apparition ces derniers mois. On reconnaît un cerf rue Émile-Connoy, un lion rue Gibault, une soucoupe volante rue Pinel et récemment un cheval face à l’ancien manège équestre de la Maison de la Légion d’honneur. Ces sculptures – sept au total – faites de mousse sont l’œuvre d’un trio d’artistes dionysiens. Gonzague Lacombe, Laure Du Faÿ et Willemine Dassonville ont décidé d’investir les façades d’immeubles dionysiens. Armés d’une craie ils esquissent d’abord la future fresque, fixent ensuite à l’aide d’une colle naturelle faite maison cette « moquette végétale » récoltée méthodiquement le matin même dans la forêt de Montmorency. « Nous cueillons la mousse en respectant la biosphère. Nous en utilisons deux différentes pour jouer sur les textures. La mousse des arbres est fine et légère, celle qui est sur le sol est plus épaisse. C’est celle-ci que nous avons utilisé pour réaliser la crinière du lion », détaillent Gonzague et Laure qui s’attèlent chaque dimanche à produire de nouvelles œuvres, à la vue de tous.

À l’instar de street-artists, l’équipe a décidé « de faire les choses sans demander de permission », comme l’avait lancé Willemine à ses deux acolytes. Les trois artistes ont donc choisi d’embellir les quartiers de Saint-Denis, sans autorisation ni concertation, « cela tue l’envie, on préfère préserver la spontanéité », confie Laure Du Faÿ, passée par l’école des arts décoratifs de Strasbourg et installée à Saint-Denis depuis dix ans. « Plaine Commune tolère notre travail, reprend Gonzague, graphiste urbain, dionysien depuis deux ans. La société qu’elle mandate pour recouvrir les graffitis n’a jamais reçu l’ordre de retirer nos œuvres. »

Le succès se vérifie auprès des habitants qui ne tarissent pas d’éloges. « Ce que nous aimons avec ce projet c’est l’interaction qu’il suscite avec les Dionysiens. Ils nous remercient et se renseignent sur notre travail, on discute longuement, évoque Laure Du Faÿ qui est aujourd’hui illustratrice en édition jeunesse. Une seule fois un copropriétaire s’est plaint, se souvient-elle. Mais c’était pour nous dire qu’il aurait préféré avoir le lion plutôt que le robot sur son mur ! Les gens s’approprient notre travail, ils en prennent soin et les fresques deviennent des mascottes de leur rue, on en est très heureux. »

Et parfois, les situations sont cocasses. « Je me souviens qu’il y avait des jeunes un peu kaïras qui passaient en voiture et qui se sont arrêtés pour nous féliciter », s’amuse Gonzague. En plus des réactions dithyrambiques, leurs Freemousse ont un impact fort sur l’environnement. Depuis la réalisation de la soucoupe volante à l’entrée du parc de la Légion d’honneur, le coin s’est métamorphosé : au sol on ne trouve plus de déchets, d’ordures en tout genre, le lieu est respecté.

Les mousses vont encore pousser sur les murs de la ville, quelques-unes sont en cours de préparation. Le trio n’a pas trouvé de nom à ce projet mais il planche déjà sur une intervention sous forme d’ateliers dans le quartier Franc-Moisin. « L’idée serait d’amener un groupe d’une dizaine de personnes à participer à toutes les étapes : de la récolte dans la forêt à la pose », avance Gonzague Lacombe. Si elles sont éphémères de par leur nature – la météo et le soleil abîment la mousse – ces fresques n’ont pas fini de tapisser les murs. Aux Dionysiens d’avoir la main verte et de les chouchouter le temps que ça durera !

Maxime Longuet

Réactions

J'ai découvert en allant au travail le Cheval sur le mur de la Légion . C'est très bien et ça enjolive le site, pas très avenant auparavant. Félicitations et bonne poursuite ! Claude
Très belle et originale initiative ! Merci aux créateurs.
Bravo les Artistes, soyez persévérants et croisez les doigts pour que ça dure ! Pour l'aide à la cueillette de la mousse pensez aux jeunes scouts dyonisiens qui parcourent les bois ....
Mieux que des bouts de tricot sales ! que de mercis, Merci pour ces inattendus tout simplement beaux et créatifs, qui sentent bons l'ère du temps ! Poursuivez ! nous adhérons. la Gare est aussi un espace qui peut retrouver sa poésie et ses parfums bucoliques. Péniches, chants des mouettes douceur du Canal sans oublier le tintamarre des tramways qui y déposent des milliers d histoires dans une journée. Une bouffée d'air pour bientôt ? Connaissez-vous les recettes magiques d'Eduardo Kac et ses tableaux vivants ?
Que dire à part mille bravos ! A chaque fois la magie de la découverte opère. Lion, cerf, rhinocéros, cheval…, hibou, girafe, panda, brontosaure, cocinelle, hipopo ? Saint-Denis au pays des merveilles…bravo !
Joli travail, original, sympathique, bravo et merci!

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.