Sports

Course dans la cité
/ Deux cents vélos et un grand soleil

La 75e édition s’est déroulée le jeudi 25 mai. L’occasion pour le Club vélocipédique dionysien de lancer quelques jeunes dans le grand bain de la compétition.
La 75e édition s’est déroulée le jeudi 25 mai autour du stade de France. Les courses de vélo ont eu lieu l'après-midi. Ceux de roller le matin.
La 75e édition s’est déroulée le jeudi 25 mai autour du stade de France. Les courses de vélo ont eu lieu l'après-midi. Ceux de roller le matin.

« Les cyclistes sont vraiment bénis. Je viens chaque année et à chaque fois, c’est grand soleil ! » Éric est un habitué des lieux. Installé au bord de la piste avec sa fidèle glacière, ce Dionysien à la retraite ne loupe aucune édition de la désormais célèbre Course dans la cité. « J’aime ma ville et le cyclisme. Cette course, c’est l’assurance pour moi de passer une bonne journée. » 

La température estivale laissait pourtant craindre une faible participation et un départ massif des coureurs en week-end prolongé. Il n’en a rien été. En tout, plus de 200 cyclistes venus de toute l’Île-de-France ont pris leurs marques lors des trois courses de l’après-midi (minimes, cadets et juniors). « C’est devenu une habitude pour les gens de venir à Saint-Denis le jeudi de l’Ascension, note Janine Daniel, secrétaire du CVD (Club vélocipédique dionysien) et qui a remplacé au pied levé le président Charles Nanteuil, absent pour soucis de santé. Je pense aussi que le fait que la course soit ultra-protégée et qu’elle se déroule autour du Stade de France joue beaucoup. »

« Beaucoup de travail, un peu d’expérience » 

Cette année, seulement six licenciés du club dionysien ont effectué la course, tous dans la catégorie minimes. Et pour la plupart, ces douze tours de piste étaient les premiers de leur jeune carrière. « Je suis vraiment content d’avoir été au bout car j’avais peur d’abandonner, souffle Adam, exténué après plus d’une heure de course. Pour accrocher les premières places, il faut beaucoup de travail et un peu d’expérience. » L’expérience, c’est ce qu’il manque aux coureurs dionysiens pour pouvoir rivaliser avec les meilleurs, selon leur entraîneur Maxime Moreau. « Ils ont tous commencé le vélo cette année, et c’est déjà bien que quatre d’entre eux aient pu finir la course, explique le petit-fils de Jeanine, qui a pris ses fonctions au poste de coach il y a un an et demi. Le problème, c’est qu’il y a eu une période un peu vide au CVD ces dernières années. » Un avis partagé par Jeanine. « C’est malheureux qu’on ne puisse pas placer au moins un coureur dans chacune des catégories. Les gens ont du mal à s’engager et prennent le vélo pour un défouloir alors qu’en réalité, il y a énormément de travail derrière. » Au niveau des résultats, Flavio Mauricio de la Roue d’Or Conflanaise s’est largement imposé chez les minimes, déposant à plus de 45 secondes ses poursuivants. Dans les deux autres courses, les spectateurs ont pu assister à deux sprints, où Louka Pagnier d’Argenteuil chez les cadets et Stéphane Lombard du VC Garennois chez les juniors sont sortis vainqueurs. 

Alexandre Rabia

Le roller en lever de rideau 

Dès 9 h, les alentours du Stade de France ont été pris d’assaut par les patineurs. La première course, réservée aux plus jeunes, a attiré une vingtaine d’enfants nés entre 2002 et 2007. La seconde, accessible surtout aux adultes, a réuni une soixantaine de participants. Un bon bilan d’après Bernard Assoko, responsable de la section roller du Sdus. « Globalement, il y a une petite baisse par rapport à l’an dernier, mais c’est logique. Il y a pas mal de courses plus réputées qui se déroulent à la même période, et les patineurs ne veulent prendre aucun risque. » Les gagnants se sont vus remettre trophées, bouquets de fleurs et bons cadeaux. 
La matinée s’est terminée par une balade familiale autour de l’enceinte dionysienne. 

AR

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.