Cultures

TGP
/ Des Souliers rouges version heureuse

Il a été l’un des contes les plus marquants écrits par le Danois Hans Christian Andersen, auteur entre autres du Petit soldat de plomb. Publié en 1880, Les Souliers rouges nous plongent dans la relation exécrable qu’entretiennent une jeune fille et sa cruelle belle-mère qui ne supporte pas que la fillette conserve le moindre souvenir de sa mère défunte. Un jour, la petite orpheline reçoit des souliers rouges dansants mais qui se révèlent maléfiques… L’histoire, réécrite par Aurélie Namur, sera présentée dans le cadre de la saison jeune public « Et moi alors ? » les 10 et 13 janvier au TGP. Une représentation aura lieu mercredi à 15h. Samedi, elle aura lieu à 16h, avec un atelier parents-enfants de 10h30 à midi et un atelier « Derrière le rideau » à l’issue du spectacle.

Le centre dramatique national dionysien accueillera cette adaptation mise en scène par Félicie Artaud, proposant ainsi une lecture différente du conte d’origine avec un dénouement plus heureux et moins glauque (dans la version d’Andersen, la petite fille finie mutilée en signe de pénitence). Namur et Artaud sont membres des compagnies Agnello (Bruxelles) et Les Nuits Claires (Villeneuve-lès-Maguelone). Avec cette nouvelle mouture des Souliers rouges, elles tentent de trouver une issue plus heureuse à ce « contre-conte ». « Le pouvoir incandescent des souliers rouges demeure, la danse maléfique y est centrale, mais Souliers rouges chemine vers une autre morale : on y punit les méchants cyniques (plutôt que le péché), y triomphent l’humour et les forces de vie sur la fatalité et le malheur », évoque Aurélie Namur, qui se dit révoltée par la morale du conte d’Andersen dans lequel seule la repentance est l’échappatoire.

L’auteure a choisi de conserver de nombreux éléments tels que la marâtre infâme, la petite fille et les souliers. Mais elle a choisi de prendre de nombreuses libertés. Les souliers rouges sont, par exemple, dotés de parole et d’une forme de conscience. Aurélie Namur a aussi ajouté un personnage inventé pour l’occasion, celui de Tristan Dersen, un être malfaisant qui semble tirer toutes les ficelles de ce conte. Et, comme la belle-mère, il sera tourné en dérision lors d’une danse salvatrice et burlesque. « La petite fille comprend à temps le maléfice et elle accomplit un trajet personnel : deuil de sa mère, acceptation de sa mère adoptive. Tout réside donc dans sa capacité à détourner un destin tout tracé... » Cette adaptation du conte d’Andersen résonnera sans doute auprès des enfants comme des adultes qui auront plaisir à découvrir l’univers surnaturel du spectacle, qui est paradoxalement très ancré dans la réalité par l’exploration de thématiques communes telles que la filiation, le deuil et la compassion.

MLo

Les Souliers rouges, mercredi 10 janvier à 15h et samedi 13 janvier à 16h, atelier parents-enfants samedi de 10h30 à midi, atelier « Derrière le rideau » samedi à 17h (après la représentation). Au TGP (59, boulevard Jules-Guesde). Infos au 01 49 33 65 30. Tarifs : de 7 € à 5 €. Contact : 01 48 13 19 91. www.theatregerardphilipe.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur