À la une En ville

Place des Tilleuls
/ Des riverains confrontés aux trafics et aux nuisances

Deals au pied des immeubles et soirées bruyantes alcoolisées perturbent la vie et les nuits des habitants du centre-ville.
Jeudi 6 avril, les forces de l'ordre ont mené une opération de contrôle, place des Tilleuls.
Jeudi 6 avril, les forces de l'ordre ont mené une opération de contrôle, place des Tilleuls.

Avec sa petite rangée d’arbres, la place des Tilleuls porte bien son nom. Des bancs publics l’ornent et les habitués aiment s’y poser. Entouré de boutiques, le lieu marque le début de la rue de la République. Derrière ce décor animé et propice aux badauds, de sérieux problèmes de nuisances, sur fond de trafic de stupéfiants, dégradent la vie de quartier depuis environ trois ans. Avec un épisode « éprouvant » au mois de mars, raconte un riverain. Profitant de la fermeture pendant une quinzaine de jours d’un bar à l’angle de la rue Catullienne, un groupe a occupé l’espace vide. « Ils ont squatté devant l’immeuble tard le soir. Ils pouvaient être jusqu’à une vingtaine de personnes. C’était une population très alcoolisée, qui mettait de la musique très fort. La porte a été défoncée. Certains ont utilisé l’immeuble pour faire leur business », poursuit ce témoin. Selon différentes sources, il s’agirait de crack.

Après l’action répétée de la police nationale suite aux plaintes des habitants et des commerçants et la réouverture du bar, le calme est revenu. Mais le problème subsiste et s’est simplement déplacé ailleurs sur la place.Selon un observateur de ces phénomènes, en dehors du quartier de la gare, la place des Tilleuls est « la plus grosse problématique » du centre-ville, à côté d’un autre point au croisement de la rue Gabriel-Péri et de la rue du Jambon, confronté à des nuisances similaires depuis environ trois ans. Les groupes, des hommes d'une vingtaine et d'une trentaine d’années, y sont différents mais se regroupent par communauté. « Pour la grande majorité, ce ne sont pas des gens qui habitent à Saint-Denis », continue-t-il.

« Saint-Denis, c'est stratégique »

Grâce à la bonne desserte en transports en commun de la ville, ils viennent des communes et des départements voisins, comme Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine, Cergy dans le Val d’Oise ou encore Pierrefitte. « Saint-Denis, c’est stratégique, c’est leur point commun. Ils peuvent se retrouver et partir du même endroit en prenant les derniers trains », décrit une habitante. Si leur présence est quotidienne, leur nombre varie selon les jours. Il s’accroit généralement les week-ends et quand il fait beau temps.

Place des Tilleuls, observent des riverains « les personnes rassemblées viennent passer du temps ensemble. Certains sont en recherche d’emploi. D’autres travaillent, sont en formation, en stage. Ils viennent retrouver les autres à la fin de leur journée. Et dans le groupe, certains font leur petit trafic. » S’il est difficile de quantifier ces points de deal, il est certain qu’on est loin de Pablo-Neruda ou Gaston-Dourdin. Le trafic s’imbrique aux nuisances générées par ces attroupements festifs. Dans une même zone, différents types d’activités interdites peuvent cohabiter.

Depuis 2016, une caméra a été installée place des Tilleuls, mais sans changer la situation. « On les voit jouer au chat et à la souris avec les policiers », en sourit une commerçante.Pour cette professionnelle, « il faut une coordination de tous les services compétents, la police, les éducateurs, les services sociaux, pôle emploi… Cela permettra d’améliorer la situation et d’atténuer les nuisances. Cela a déjà marché ailleurs. »

Aziz Oguz

Réactions

Depuis 20ans cette municipalité a toujours refusé de s'allier avec la police nationale laissant les habitants au bord de la crise de nerf, dans quel but???, j'ai ma propre idée, comment critiquer l'état (qui est le slogan unique et préféré de cette mairie) tout en s'alliant avec eux?
Depuis l'installation de la caméra, le trafic a baissé et s'est reporté Rue Ernest Renan pour la vente, l'endroit où il n'y a pas de caméras, c'est vrai que 30 caméras pour 110 000 habitants c'est vraiment prendre les Dyonisiens pour des c..., tout ça uniquement pour valider que les caméras ne fonctionne pas. Par contre depuis l'installation de cette caméra, il n'y a plus de coup de feu et de rixe, ce qui était assez fréquent place des tilleuls auparavant.
Les transports en commun joue un rôle dans la venue de ces dealers de crack sur St-Denis, je suis d'accord avec vous mais ce n'est pas la seule raison, le laisser faire de la mairie y joue aussi un énorme rôle car dans leur villes respective ce laisser faire n’existe pas, il ne s'arrête sûrement pas à une histoire de transport car plusieurs d'entre eux viennent en voiture avec des plaques du 91.
Un article chasse l'autre ! Mes contradicteurs n'ont pas la vie facile avec le JSD ...
Pourquoi seul Saint-Denis est impacté par ces nuissances et ces traffics. Es-ce parce que la municipalité a laissé faire pendant des années, parce qu'elle a concentré tous les "sans" dans la ville, a laissé l'habitat insalubre se répandre, empêché l'installation de caméras de surveillance, n'a pas voulu de police municipale digne de ce nom, ... la question reste posée mais moi je me doute bien de la réponse.
Habitant encore rue Catulienne, je rentre régulièrement par la place des tilleuls, chaque soir, même tard, c'est le même "spectacle", des regroupements de gens alcoolisés, puant certaines drogues, jetant leur déchets au sol (bouteilles ou canettes de bière, papiers, etc), pissant au pied des immeubles sous les fenêtres des habitants, vociférant histoire de couvrir la musique que crachent des petits haut-parleurs... à tout instant et pour n'importe quel prétexte leur agressivité peut s'exprimer par la parole et le geste ... on se limite donc à ne pas croiser les regards et slalomer pour continuer son chemin... c'est juste insupportable... Voilà déjà plusieurs années à une réunion publique, quand ces mêmes personnes squattaient devant une boutique "Cabo-verde" maintenant fermée, une habitante de la rue Catulienne vivant en face disait qu'elle n'attendait qu'une chose ..."la pluie et le froid pour les chasser".... J'imagine qu'aujourd'hui elle doit toujours attendre la même chose... ou qu'elle a eu la chance de quitter Saint Denis devant l'absence d'actions réellement efficaces des pouvoirs publics (de TOUS les pouvoirs publics).
Ca fait des années qu'on dit que ce quartier est mal . MERCI BRAOUEZEC pour avoir ramener toute la merde de Stalingrad, Barbes, Porte de la Chapelle, ses quartiers de Paris sont maintenant des coins super, car vous avez tout récupérer. Donc maintenant, ne faite pas les choqué, Nous avons récupérer toute la M.... de Paris grâce à la gare de Saint-Denis- gare du Nord et tous nos quartiers sont devenus des zones de non droits. Et on voit su FB, Stéphane Peu veut rassembler à 17H devant la mairie de Saint-Denis avec le collectif d'habitants "citoyens debout" pour nous rendre tous ensemble à la préfecture de Bobigny afin d'obtenir les moyens d'une véritable tranquillité publique dans les quartiers de notre ville. C'EST ENCORE SE MOQUER DE NOUS
Bonjour à tous On nous aurait donc menti ? 2014, bilan qui fait sens et une ville où il fait bon vivre. 2017, changement de ton et la on ne parle plus de quartiers en souffrance. Je souhaite une seul chose, que la municipalité avoue qu'elle a pris le problème de la sécurité des habitants à la légère. C'est à dire sans professionnalisme et usez de langage de communiquant pour éluder le problème. Que D.Paillard s'excuse devant les habitants pour son attitude désinvolte face à la souffrance des habitants. Il y a une vraie colère devant l'inaction des pouvoirs publiques. Et certains contributeurs, soutiens de la municipalité, ont clairement dit qu'il fallait qu'on parte si on aimait pas la ville telle qu'on la voit aujourd'hui. Il y a de quoi devenir fou...
@Caroline Vous avez parfaitement raison et pour endiguer toute cette arrivé de dealers de crack en 2008, Paillard refuse la vidéosurveillance dans les point de deal à St-Denis demandé par la police national prétextant qu'il ne veut pas rentrer dans l’intimité des gens...MDR, il crée les médiateurs de nuit qu'il gère directement pour le résultat qu'on connait aujourd'hui
Bonjour à tous, C'est votre droit le plus légitime de critiquer la municipalité et des élus, même de manière virulente, sur ce sujet. Néanmoins, ce n'est pas une raison de déverser des propos haineux, ni des contre-vérités dans un espace de discussion public comme le JSD. Caroline, vous qualifiez de "merde" les personnes droguées "ramener" de Paris à Saint-Denis. En tant que journaliste, je peux vous rappeler des faits. Effectivement, le centre de gravité du trafic de crack et sa consommation s'est déplacé du nord parisien à la banlieue nord au milieu des années 2000. C'est devenu une problématique urgente à Saint-Denis en 2008-2009. Le ministre de l'Intérieur de l'époque, Brice Hortefeux, est même intervenu en 2009 dans la ville. Ensuite, selon de multiples sources, par rapport à ce pic, le phénomène a aujourd'hui reflué, même s'il reste à un niveau critique. A Paris et dans d'autres villes de la banlieue nord, cette problématique existe toujours. Ce n'est évidemment pas un hasard si une salle de shoot a été ouverte dans la capitale en 2016. Il est donc caricatural de décrire Paris comme "super" et Saint-Denis comme une poubelle. Et surtout, c'est haineux de décrire des personnes droguées comme de la "merde". Le JSD n'est pas un déversoir. Cordialement, Aziz Oguz
@aziz.oguz Vous êtes journaliste payé par nos impôts, pourriez-vous svp faire votre métier de journaliste sans nous donner votre opinion ou l'opinion de votre employeur car ça en devient vraiment énervant votre parti pris sans aucun gène. Ce n'est pas à moi de vous rappeler votre devoir d'équité, les dyonisiens n'ont pas besoin de vous pour réfléchir et donner leur point de vue.
@Tarik - Certes ... mais d'un autre côté le JSD n'hésite pas à alimenter le site d'articles peu favorables ou pouvant gêner la municipalité en place ... tout çà s'équilibre vous ne croyez pas ?
@AZZEDINE vous pensez que monsieur Paillard et les autres vont s'excuser. il Ya environ 1 mois j'ai écris un article dans le jsd pour dénoncer mon mal de vivre ds cette ville. ils savaient bien que c'était moi, il n'y en a pas un qui a cherché a me rencontré. Au moment de la démission de monsieur Paillard j'ai écris a monsieur Russier qui a ce jour n'a même pas daigné me répondre. Après ils se demanderont pourquoi je deviens anti saint dénis mais moi je suis une citoyenne qui se sent méprisée et je n'y peux rien c'est mon ressenti. En tant que, maire j'aurai des commentaires de ce genre sur un journal local je chercherai a rencontrer les auteurs.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.