À la une En ville

Législatives
/ Dernières informations

Jusqu'à vendredi 9 juin minuit, fin officielle de la campagne électorale, retrouvez ici l'actualité politique.
La mise sous pli du matériel officiel des candidats dans le gymnase Maurice-Baquet.
La mise sous pli du matériel officiel des candidats dans le gymnase Maurice-Baquet.

Vendredi 9 juin. Poutou en réunion.

Philippe Poutou est drôle. Il parle vite et imagé, et à plusieurs reprises ses interlocuteurs rient à gorge déployée. Le candidat NPA à la dernière présidentielle était de retour à Saint-Denis jeudi 8 juin. A l’école Jean-Vilar pour soutenir, devant une cinquantaine de personnes, les candidats titulaires et suppléants de la 1re circonscription (Elise Lecoq et Simon Assoun) et de la 2e circonscription (Cathy Billard et Théodoulista Kouloumbri). Donc, Philippe Poutou est drôle. Quand il met par exemple en relation la récente découverte qui fait remonter à 300 000 ans, au lieu de 200 000, la trace de l’existence du premier Homo sapiens... Et les grandes fortunes des capitalistes français. L’ouvrier de chez Ford qui gagne 2000 euros a calculé que notre ancêtre aurait du bosser justement 300 000 ans pour empocher les 7 milliards que représente la fortune de Vincent Bolloré. Mais la faconde paisible du Bordelais ne cherche pas à masquer un état des lieux politique à donner le cafard au plus endurci des militants révolutionnaires anti capitalistes. Il énumère les défaites sociales depuis le mouvement des retraites en 2010, jusqu’aux luttes des Goodyear ou à Air France. Et il constate lucide mais un brin fataliste : « ça a tendance à nous faire douter ».

Pour le porte parole du NPA, le pire est à venir avec Macron : « il nous dit des choses méchantes, mais il est sympa » et lâche en évoquant le raz-de-marée En marche annoncé par les sondages pour les législatives : « on ne comprend pas comment c’est possible ! ». Poutou ne regarde pas du côté des élections pour voir la lumière. « On sait qu’on n’aura pas de députés et il nous tarde de passer à autre chose », dit-il. Il  se tourne vers « l’après pour discuter de ce que l’on peut faire si on en a la force ».  Construire « un véritable mouvement social tous ensemble » comme en Guyane est pour lui la solution, mais « on n’a pas la recette » et les dirigeants syndicaux « sont déjà en train de se faire embobiner ». Comment rendre crédible les idées radicales, comme la socialisation des banques ou l’interdiction des licenciements ? La réponse est à écrire, dit en substance Poutou qui appelle à continuer « d’avoir le culot de défendre ça, pour être crédible et pas seulement sympa ». Même si, d’évidence, le « public » venu l’écouter plébiscite la sympathie qu’il dégage.


Vendredi 9 juin. Mercredi, l'association Droit au logement a organisé une manifestation contre les marchands de sommeil, suite à l'affaire Véronique Avril. Notre stagiaire Maya Mazzacane a couvert la marche, voici son reportage


Jeudi 8 juin. La deuxième circonscription dans la presse nationale avec un article dans Le Monde et dans L'Humanité.


Jeudi 8 juin. Retour sur la manifestation du DAL.

« Pas de marchand de sommeil à l’Assemblée nationale ! »Brandie sur des pancartes ou criée au mégaphone, cette injonction n’est pas seulement un slogan, mais bien la raison d’être de la mobilisation organisée ce mercredi 7 juin en fin d’après-midi, à l’appel de l’association Droit au logement. Une manifestation qui fait suite aux révélations du site Mediapart, qui dévoilait le 29 mai comment Véronique Avril, candidate pour La République en marche (LREM) sur la deuxième circonscription de Seine-Saint-Denis, avait loué un logement de 23 m2 pour 650 euros par mois à une famille de cinq personnes dans un immeuble frappé d’insalubrité.

C’est d’ailleurs devant cet édifice du 15 place Victor-Hugo, face à la mairie, qu’environ 150 manifestants s’étaient donnés rendez-vous pour dénoncer ces agissements et rappeler « les droits des habitants de taudis ». « S’il y a un arrêté de péril ou d’insalubrité, les locataires doivent arrêter de payer, car le loyer est alors de zéro euro ! », a ainsi martelé Jean-Baptise Eyraud, porte-parole national du DAL, s’insurgeant par la même contre la candidate du parti présidentiel aux législatives, qui « a continué d’encaisser les loyers, en toute illégalité ». Un « délit punissable par la loi », a-t-il encore rappelé, en se félicitant dans cette affaire, de l’ouverture d’une enquête par le parquet de Bobigny.

Si ce rassemblement a logiquement réuni le traditionnel réseau dionysien habitué à lutter sur le front du mal-logement, rarement une manifestation du DAL n’avait connu un tel nuancier de soutiens politiques. Au-delà des habituels militants anarchistes, communistes, anticapitalistes, de Catherine Billard (NPA), de Laurent Servières (EELV), de quelques socialistes, dont la conseillère municipale PS Aurélie Albot, étaient également présents des partisans du mouvement En Marche, et même Hayette Hamidi, candidate Les Républicains, dont le crédo politique se confond pourtant rarement avec les revendications des militants du Droit au logement.Un véritable front républicain contre les marchands de sommeil en somme, qui n’aurait « rien d’étonnant », à entendre un conseiller de la candidate LR, pour qui l’indignation suscitée par le comportement de Véronique Avril « n’est pas une question d’étiquette politique ». Si, comme le dit la maxime, les malheurs des uns font le bonheur des autres, certains semblent être manifestement venus tirer profit des déboires de la Macroniste.

Quant à Benoît Ménard, élu de Pierrefitte qui avait lui-même brigué l’investiture En Marche ! sur la circonscription, il n’y va pas par quatre chemins. «La décence aurait été qu’elle se retire de la campagne ! », tance celui qui s’est aussi fendu d’une lettre ouverte au président de la République, estimant que « le maintien de l’investiture de cette candidate par le comité d’éthique est incompréhensible et inacceptable ». Si, à ses dires, les militants LREM sont nombreux sur le terrain à se désolidariser de la candidate incriminée, ce n’est pas le cas de Jocelyne Rousseau, venuedirectement au contact des manifestants et surtout des quelques journalistes présents, « défendre l’image de Véronique Avril » et tenter de plaider sa bonne foi.

Des arguments jugés totalement irrecevables pour l’association Droit au logement, qui a profité de cette occasion pour organiser un défilé dans les rues de Saint-Denis et placarder sur les murs un récapitulatif des droits des locataires victimes de l’insalubrité. Des droits, a rappelé le porte-parole de l’association « trop rarement respectés ». « Et c’est pourquoi il faut aider les mal-logés à se défendre par rapport à la rapacité et la cupidité de leurs bailleurs et de leurs marchands de sommeil et par rapport aux menaces qu’ils font peser contre eux. »

Linda Maziz 

Nous publierons demain vendredi 9 juin un autre compte-rendu de la manifestation, réalisé par Maya Mazzacane, stagiaire au JSD.


Jeudi 8 juin. L’article de Mediapart consacré à la candidate de la République en marche qui « a agi en propriétaire voyou » comporte un certain nombre de témoignages. Michaël Hajdenberg cite ainsi à deux reprises celui de « Cristina Damian, à l’époque propriétaire occupante et présidente du conseil syndical ». Le journaliste ne précise pas –il l’ignorait certainement - que l’ancienne présidente du conseil syndical figurait aussi sur la liste conduite par Mathieu Hanotin aux élections municipales de 2014, comme habitante du centre-ville et commerçante. Nous même l’avions oublié, mais cette filiation politique mérite d’être précisée.

Autre précision : parmi les destinataires de l’avis de péril imminent que la mairie a adressé aux propriétaires du 15 place Victor-Hugo figure Houari Guermat, à plusieurs reprises candidat de la droite et du centre aux élections, comme aux municipales de 2014 où il conduisait la liste UDI-UMP-Parti radical.


Mercredi 7 juin. Véronique Avril, candidate de la République en marche de la 2e circonscription, a annulé la réunion qu’elle devait tenir jeudi 8 juin à la bourse du travail en présence de la ministre des Sports Laura Flessel. Si des problèmes d’agenda sont mis en avant pour justifier cette annulation, l’affaire du logement qu’elle louait dans l’immeuble insalubre du 15 place Victor-Hugo et que Mediapart a révélée, est plus vraisemblablement à l’origine de la décision.

En début de semaine, l’élu sans étiquette de Pierrefitte Benoît Ménard, qui lui aussi briguait la candidature, a adressé une lettre ouverte  à Emmanuel Macron dans laquelle il écrit que le maintien de l’investiture de Mme Avril « est incompréhensible et inacceptable ». Non seulement M. Ménard ne fait pas campagne en sa faveur, mais il distribuait ce week-end un tract du DAL titré « pas de marchand de sommeil à l’Assemblée ». Droit au logement qui organise précisément un rassemblement et une marche ce jour dont lejsd.com rendra compte demain.

La 2e  circonscription intéresse la presse. Dans son édition du jour, l’Humanité y consacre un article et Le Monde en fera de même demain.


Réactions

Les ordonnances réformant le Code du travail seront adoptées à la fin de l'été. Bienvenue dans le libéralisme !
Je ne sais pas d'où vous tirez l'information, qui est fausse, que je distribuais un tract du DAL ce week-end par contre je vous communique celle, qui est vrai, que j'ai participé à la manifestation du DAL aujourd'hui en fin d'après-midi avec plusieurs militants d'En Marche, du Parti socialiste, le candidat écologiste et la candidate Les Républicains et je ne souhaite effectivement pas être représenté à l'Assemblee Nationale par quelqu'un qui a pu spéculer sur le logement insalubre.
@Menard Benoit La guinguette à Pierrefitte,les Dionysiens y vont aussi. Je n'y étais pas. Mais plusieurs d'e.ntre eux m'ont dit vous y avoir vu distribuer le tract en question. Je prends note que vous démentez cette information
Vos sources ne doivent pas bien connaître Pierrefitte car il n'y a pas eu de Guinguette à Pierrefitte comme habituellement le premier samedi de chaque mois. Ils doivent parler de celle de la Butte Pinson à Montagny où j'ai croisé le candidat écologiste et le candidat du Front de Gauche que j'ai informé et incité à participer à la manifestation de ce soir. L'un d'entre eux à d'ailleurs répondu à cet appel. Libre à vous d'appeler cela une distribution de tract mai si vous voulez avoir des informations à mon sujet, je vous suggère de me contacter je suis assez transparent.
Une vague En Marche est annoncée. Le mouvement tablerait sur près de 400 députés. Tout simplement inimaginable, promet un renouvellement jamais vu sous la Ve République.
Monsieur Dominique Sanchez, je tiens à vous préciser que samedi dernier contrairement à tous les autres premiers samedis de chaque mois la guinguette de notre commune de Pierrefitte était fermée ! D'autre part, samedi matin, je faisais campagne sur le marché de Pierrefitte en tant que candidat suppléant LR/UDI aux législatives sur notre circonscription avec notre candidate Mlle Hayette Hamidi et j'ai croisé notre collègue, mon ami Benoit Menard et il ne distribuait absolument rien ! Pour votre information, Hayette Hamidi et moi-même, nous avons organisé une réunion publique mardi 6 juin à Pierrefitte, en présence du Président LR 93, le Sénateur/Maire LR des Pavillons Sous Bois et Vice président du Groupe LR au Sénat: Philippe Dallier. Jean-Pierre Renard Conseiller municipal LR de Pierrefitte et candidat suppléant aux législatives sur la 2ème circonscription
@Ménard @Renard Dont acte pour la guinguette. Les personnes qui m'ont parlé de cela ont effectivement évoqué la Butte Pinson ( Je ne connais pas bien les activités pierrefittoises). @Ménard Dont acte pour votre version du tract et de la manif du DAL. Je vous appelle aujourd'hui. Cordialement.
J'ai bien été propriétaire d'un appartement dans cet immeuble. Mon bien n'a jamais été loué. Il était même squatté par une squatteuse professionnelle qui a été relogee dans le logement social. J'ai été propriétaire uniquement 1 an. Lors de mon achat, aucune interdiction de louer. Lors de la vente, la municipalité n'a pas preempte. Elle n'a pas interdit la vente. C'est moi qui ait porté plainte et qui ait obtenu gain de cause et l'intervention des forces de l'ordre
Je viens de faire ma dernière pesée avant le 1er tour : Grosse surprise ... cela ne se joue pas à grand chose mais Stéphane PEU s'avère très légèrement moins pire qu'Hanotin ! En espérant tout de même que les 2 passent à la trappe Dimanche ...
Comment annoncé, j'ai eu à l'instant un échange avec M.Ménard Il me dit ne pas avoir distribué le tract du DAL au sens d'un tractage à la sortie d'un métro, par exemple, mais d'en avoir donné aux deux candidats présents à la Butte Pinson (Stéphane Peu et Laurent Servières).
@Dominique-sanchez - @Houari Guermat - Puisque le 15 Place Victor Hugo semble être la plaque tournante de cette élection, il faut peut être ajouter qu'une certaine Cristina.D., autre copropriétaire, était sur la liste Hanotin aux municipales de 2014 - Le plus simple est sans doute de lister qui n'a pas été copro au 15 Place Victor Hugo !
Ces dernières informations concernent uniquement la deuxième circonscription. LEJSD n'a aucune dernière information sur la première circonscription de Seine-Saint-Denis ?

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.