À la une En ville

Projet éducatif
/ Dans les traces du meilleur job du monde

La Plateforme insertion du Groupe SOS a proposé à de jeunes gens en quête d’un projet professionnel de découvrir les métiers de trois secteurs différents. Mercredi, ils visitaient le TGP.
Le mercredi 5 avril, rencontre avec les métiers du théâtre Gérard Philipe.
Le mercredi 5 avril, rencontre avec les métiers du théâtre Gérard Philipe.

« Alors, à votre avis, qu’est ce que l’on trouve comme métier dans un théâtre ? » Derrière cette question introductive d’Yseult Baumhauer, chargée des relations avec le public au TGP, un avant-goût du programme prévu ce mercredi 5 avril après-midi pour Naomie, Mathias et Reyane, trois jeunes âgés de 17 et 18 ans venus avec leur éducateur d’un foyer d’Aubervilliers pour rencontrer des équipes du théâtre. « Il y a des comédiens, des régisseurs, des costumiers, se lance Naomie, avec des personnels qui interviennent sur la scène et d’autres en dehors. »

C’est « bien vu », mais elle saura désormais que dans ce milieu les postes se répartissent différemment. « Nous on va plutôt parler de métiers artistiques et techniques », précise Yseult Baumhauer, qui appartient elle-même au pôle administratif, service où ils seront amenés à faire escale, lors d’une visite organisée pour eux dans les coulisses, assortie de nombreux échanges avec différents profils d’employés.

Cette étape au TGP est la troisième d’un parcours qui leur a fait découvrir précédemment le travail en crèche et les métiers du bâtiment, avec à chaque fois un défi à relever. Après avoir changé les couches (sur des mannequins) et chanter des comptines la veille, ils ont dû cette fois-ci se glisser dans la peau d’un régisseur pour expérimenter le contrôle des sons et lumières.

Trois challenges réalisés dans trois entreprises de trois secteurs différents, c’est l’itinéraire proposé à plusieurs équipes de jeunes issus de structures de la protection de l'enfance et en quête d’un projet professionnel, dans le cadre d’un atelier collectif imaginé par la Plateforme insertion du Groupe SOS, baptisé, presque sans prétention, « le meilleur job du monde ».

« Évidemment, on ne leur demande pas de devenir un pro des milieux qu’ils auront rencontrés. C’est plutôt un travail sur la posture, l’argumentation, la gestion du stress », précise Clara James, l’une des responsables de ce projet. Car à l’issue de ces rencontres, chaque participant, après avoir suivi une mini-formation à l’éloquence, devait défendre devant un jury constitué des équipes éducatives et des membres de la plateforme insertion l’un des métiers découverts en démontrant pourquoi il s’agit à ses yeux du travail rêvé.


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.