Cultures

Soixante Adada
/ Dans la pirogue de Guaté Mao

C’est en contemplateur épanoui, en esthète insatiable, qu’il a sillonné la Casamance et ses vieux ports de pêche. Il en est revenu des clichés plein la besace. Cette région du Sénégal, frontalière avec le nord de la Gambie, a inspiré le pochoiriste Guaté Mao et a alimenté sa nouvelle exposition Sunu Gal, « notre pirogue » en wolof, ouverte à l’Adada jusqu’au 6 mai. Armé d’un appareil photo et de ses bombes, il s’est amusé durant un mois et demi à tirer le portrait des habitants croisés au Sénégal et en Gambie voisine. « Avec les pochoirs je savais que ça serait cool, là-bas ils sont très respectueux des artistes. L’art c’est aussi une monnaie d’échange dans ces pays », témoigne le jeune globe-trotter. « À Saint-Denis j’aime bien faire des photos volées, pour être dans l’instantanéité. Là-bas, je préférais leur demander. Ensuite je leur donnais les photos que je développais. Je m’installais trois quatre jours et je repartais quand tout le monde avait sa photo, raconte-t-il. Je suis allé où le vent m’a mené. C’est comme ça que j’ai atterri en Gambie et que j’y ai découvert un groupe de musique avec qui j’ai créé des liens d’amitié. »

Les photosont servi de modèle à la trentaine de pochoirs et sérigraphies réalisée par Guaté Mao. « Mon but était de rapporter une pirogue. Je n’ai pas pu. Mais j’en ai ramené une de l’Ardèche… Pour moi ça représente beaucoup de choses : l’eau est centrale au Sénégal, c’est elle qui donne du travail, la nourriture… La pirogue fait partie du paysage. » Pour Sunu Gal, l’artiste dionysien a invité les Frères d’Art, qui travaillent leurs compositions sur des matériaux de récupération, et Vanessa Dupuis, plasticienne et graphiste spécialisée dans le tape-art, une technique de collage qui combine l’encre de magazine prélevée par petite touche et… le ruban adhésif !

Dans cette exposition, Guaté Mao présentera également une œuvre collective réalisée par des lycéens qu’il a encadrés au sein de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire et dont les fonds de la vente seront reversés intégralement à une association de leur choix. Il y a un mois, un vernissage de ces ateliers menés au lycée pro Louise-Michel à Épinay-sur-Seine a permis aux élèves décrocheurs de récolter 1 200 euros.

MLo

Sunu Gal, jusqu’avril au 6 mai, tous les jours de 10 h à 19 h, au Soixante Adada (60, rue Gabriel-Péri). Entrée gratuite.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur