En ville Portrait

Jean-Claude Segonnes
/ Cultivateur de liens

Ce retraité s’épanouit dans l’action associative. Comme il le dit, « c’est fondamental dans la vie de faire quelque-chose au-delà du milieu de son travail ».

« Ici, on n’a aucune famille. Mais on s’est fait des amis. » Jean-Claude Segonnes sait cultiver les amitiés, qu’il nourrit généreusement au terreau associatif :Mieux vivre à Bel-Air, Saint-Denis ville verte ville fleurie, le Festival de Saint-Denis… Le champ de ses activités est vaste. Retraité depuis 1996 de France Télécom, cet homme à la main verte entretient de solides liens de camaraderie avec les jardiniers du Fort de l’Est, notamment. Il y a un lopin de terre depuis la fin des années 60. Si ces jardins ouvriers sont régulièrement inondés, Jean-Claude conserve le sien. Pourquoi ? « Sentimentalement. » Il éclate de rire, lui-même surpris de la spontanéité de sa réponse. Et la concision, lui si naturellement loquace. « Quand on arrive de la campagne à la ville, on a besoin de retrouver des attaches à la terre. »

Car Jean-Claude est né dans le Morbihan « par inadvertance » – son père, aux PTT, y avait été muté – un 25 décembre 1940 – jour du père Noël, qu’il a souvent incarné pour l’asso de Bel-Air. Il est bébé quand ses parents retournent en Gironde. « J’ai grandi en plein cœur du Médoc. » À 18 ans, il monte à Paris, à la faveur d’un concours des PTT. Il rencontre Éliane, son épouse, qu’il évoque très souvent, tant ils ont de centres d’intérêt communs. Vers 1965, ils s’installent à Saint-Denis, quartier Bel-Air. « On a  acheté un deux-pièces dans une maison partagée en quatre appartements. » Une aubaine, pour l’époque. « Pour nous, c’était super ! » Les époux ont pu au fil du temps racheter les lots du pavillon et n’ont jamais déménagé.

Le Côté jardin du JSD, c'est lui

Premier engagement dans la vie de la cité : parent d’élèves. « Ma femme a commencé la première. » Toujours un mot pour sa moitié, CQFD…Au début des années 70, il devient permanent syndical CFDT, aux PTT, qui deviendra France Télécom. « J’ai repris le boulot en 1981. » Par ailleurs militant socialiste, il a toujours « œuvré pour le syndicat », pour lequel il a prêté sa plume. Une aisance dans l’écriture qu’il a aussi exercée – bénévolement –  au JSD. La rubrique « Côté jardin », c’était lui. Pendant une dizaine d’années, il a « toujours répondu à l’appel », pour cet exercice qu’il a « vraiment apprécié ». Cette collaboration s’est arrêtée il y a peu, en même temps que Ville verte ville fleurie, qu’il associait à sa signature et dont il était président. « On aurait dû fêter nos 40 ans cette année. » L’association comptabilisait encore 85 adhérents, mais son activité – stands à la Fête des tulipes, prix du fleurissement… – ne reposait que sur « trois ou quatre têtes ». Intenable, à la longue.

En revanche, ce à quoi il tient toujours – avec Éliane – et depuis plus de trente-cinq ans, c’est le Festival de Saint-Denis. « Je distribue le programme sur le parvis. Alors, depuis le temps, il y a des spectateurs qui me reconnaissent », s’amuse-t-il. Il y a aussi son investissement dans Mieux vivre à Bel-Air, depuis sa création en 1997. « Le chantier du Stade de France avait privé un millier de foyers de télé. » Le problème se règle « sans avocat », en bonne intelligence avec la Ville, avec laquelle il dit avoir « toujours eu de bons rapports ». Aujourd’hui, « on travaille sur l’ANRU 2 ». De quoi occuper ses journées. Comme le tourisme. «  On a fait notre premier voyage à l’étranger (avec Éliane, bien évidemment, ndlr…) à 60 ans. » Comme l’administration de l’Office de tourisme. Sans oublier les cinq petites-filles chéries. À 77 ans, Jean-Claude a encore bien des occupations sous sa semelle de jardinier.


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur