Portrait

Rachida Hamdan
/ Connexion sociale

Son association donne principalement des cours d’informatique. Mais aussi d’alphabétisation, soutien scolaire, permis de conduire au féminin… Autant d’actions pour tirer les habitants des quartiers vers l’excellence.

« Rachida, on pourrait la suivre n’importe où. » Rachida Hamdan, ces habitantes en parlent avec beaucoup d’estime, multipliant les louanges à l’endroit de cette femme qui les épaule depuis plusieurs années. Cet après-midi, comme chaque mercredi, elles sont venues échanger autour d’un gâteau et d’une tasse de thé, en toute simplicité, dans le local d’Artis Multimédia, implantée Square Fabien.

Une association que cette mère de famille, jeune quadra, a créée en 2004 et qu’on découvre à son image : accueillante, joyeuse, bienveillante, hyperactive, innovante, exigeante, féministe et modeste avec ça. Car les honneurs l’encombrent comme les éloges l’indisposent. Si elle avait voulu du prestige, elle n’avait qu’à suivre la carrière que lui déroulait le monde de l’entreprise, gourmande d’un profil comme le sien. « Une femme qui maîtrisait le code informatique et savait programmer, c’était rare à l’époque. »

Si le travail de bureau l’a vite déprimée, évoluer dans un milieu traditionnellement réservé aux hommes était une grande fierté, comme d’avoir fait partie en 1996 de la première promo de technicien informatique réseau et Web reconnue par l’État. « On était deux femmes pour quinze hommes. » C’est sa passion pour les nouvelles technologies qui l’a conduite à cette formation, « même si à la base j’avais plutôt un profil littéraire ».

À l’école à Aubervilliers, où elle a grandi et fait toute sa scolarité, ses professeurs lui prédestinent une carrière d’écrivain. « J’étais excellente en français, j’adorais lire. » Sage, rêveuse, première de classe, « une vraie petite fille modèle ». La rébellion, c’est pourtant ce qui l’a sauvée du mariage forcé que ses parents lui ont contre toute attente infligé. « Du jour au lendemain, je suis partie de chez moi. »

Ce douloureux vécu dont elle n’aime pas trop parler, c’est pourtant une des clefs de sa personnalité comme de son engagement associatif, tourné vers l’action de terrain et l’émancipation sociale. Celle des femmes, avant tout. Son champ d’action : la lutte contre la fracture numérique, tout l’enjeu d’Artis Multimédia. « Artis, c’est la même racine qu’artisan, en grec ça veut dire savoir-faire », précise cette ancienne helléniste, férue de mythologie et d’architecture antique.

Un nom qu’elle envisage de changer, car même si les cours d’informatique sont la colonne vertébrale de l’association, il ne dit rien des cours d’alphabétisation, du soutien scolaire, de l’action permis de conduire au féminin et de toutes ces actions qu’elle y a développé au fil du temps. « La diversification s’est faite naturellement, à mesure que s’exprimaient de nouveaux besoins. »

Avec ce souci permanent d’aider et d’avoir réponse à tout et pour tous, elle se retrouve à la fin de l’interview avec 53 appels et messages en absence sur son téléphone. « Même quand j’ai fini ma journée, c’est toujours dur de couper.» Voire impossible, mais à l’entendre, cet investissement en vaut la peine.

« C’est tellement magnifique ce qu’il se passe ici. Au niveau des relations humaines, de l’entraide. Tous les jours on rencontre des gens véritables, des personnes admirables. Ensemble, on construit notre petite bulle, on mène notre petite vie, on monte nos projets, en essayant d’offrir toujours le meilleur. Ce n’est pas parce qu’on est dans les quartiers que l’on ne doit pas viser l’excellence, bien au contraire. »


Réactions

Bonjour. Une connexion avec l'association "L’après" pourrait vous aider pour les collégiens souvent en mal de connaissance sur la réussite de leurs aînés. Ils sont déjà intervenu dans un collège à Saint Denis il me semble.
Super cette association m'a beaucoup aidé en tant que lycéene dans mes révisions Rachida est une femme superbe comme une deuxieme maman

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur