À la une En ville

Insoumis
/ Confiants pour la présidentielle, soucieux pour les législatives

Lors de leur « cavalcade », les militants de la France Insoumise croient aux chances de Mélenchon et veulent l’unité pour la députation.
La cavalcade des Insoumis de Saint-Denis, devant le TGP, samedi 8 avril 2017.
La cavalcade des Insoumis de Saint-Denis, devant le TGP, samedi 8 avril 2017.

Ils et elles sont une quarantaine, rassemblés sur la place du 8-Mai-1945, ce samedi 8 avril après-midi, sous un soleil d’été. À vélo, à trottinette ou à pied, la « cavalcade » des Insoumis de Saint-Denis démarre au pas de course avant d’adopter un rythme de croisière plus soutenable : le parcours en huit étapes va faire le tour de Saint-Denis (sauf la Plaine) au cri de « Mélenchon, 1er tour, 2e tour ! ». Dans les rangs un mot revient sans cesse : « l’espoir ».

« Le programme de Mélenchon est le plus proche des besoins du peuple, élaboré avec lui, plaide Alain. Et en tant que fonctionnaire retraité, je pense que Mélenchon est le meilleur garant du service public. » Les chances de son candidat au premier tour ? «Ça peut le faire, à condition qu’on profite des jours qui restent pour pousser encore. »

Alain est plus inquiet pour les législatives : « Il y a trop de candidats sur une ligne “Front de gauche” : Kamal (El Mahouti), Christophe (Girard)… » L’annonce de ce dernier, membre du Parti de gauche et ancien conseiller municipal de la majorité, a laissé tout le monde abasourdi. « Il est membre du groupe d’appui France Insoumise de Saint-Denis, rappelle Alain. Et sa candidature n’est jamais venue en discussion ! »

Au contraire, les Insoumis dionysiens se sont prononcés massivement en faveur de Stéphane Peu. Ce dernier ne voit pas l’intérêt de commenter une « candidature individuelle » : « Ce qui compte, c’est le groupe d’appui France Insoumise à Saint-Denis, qui me soutient. Je suis celui qui rassemble à gauche, le PCF, Ensemble… »

Le problème, alors ? Stéphane Peu ne s’est pas rattaché à l’association de financement « France Insoumise » et n’a pas signé la charte des Insoumis… Cela ne fait donc pas de lui un candidat officiellement investi par le mouvement de Jean-Luc Mélenchon. Et cela ouvre la porte à d’autres ambitions.

« Christophe Girard s’est proposé, mais ce n’est pas le candidat du Parti de gauche », tempère Axel, membre de la France Insoumise et aussi du Parti de gauche, qui a bon espoir de voir aboutir une solution qui préserve l’unité : «Il faut discuter. On n’est pas là pour faire la guerre aux candidats PCF ou autres, mais il faut qu’il y ait un candidat France Insoumise dans chaque circonscription pour éviter, comme en 2012, d’avoir 577 campagnes locales différentes. On tient à cette cohérence. »


Pour en savoir plus: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.