Côté jardin / Le marcottage

Marcottage d'un rhododendron
Marcottage d'un rhododendron

Plusieurs techniques existent pour multiplier les plantes. Le semis, le bouturage et le marcottage, la plus simple et la plus efficace. Vous avez déjà remarqué qu’une tige de chèvrefeuille rampant sur le sol pendant plusieurs semaines s’enracine. La marcotte (la branche enterrée) continue à bénéficier de l’énergie du pied mère jusqu’au sevrage (moment de la coupe de la tige mère).


Le marcottage n’est pas efficace pour toutes les plantes mais la gamme est importante : chèvrefeuille, glycine, bignones, lierre, clématites, passiflore, actinidia, aucuba, ceanothe, cornouiller, pivoine arbustive, romarin, groseillier, thym, bruyère, œillet…

La technique est simple, choisissez une jeune tige et enterrez-la (soit en pleine terre, soit dans un pot) à l’emplacement d’un bouquet de feuilles. Les racines apparaîtront à cet endroit. Pour fixer le tronçon enterré, utiliser une fiche métallique ou un caillou. Arrosez durant l’été et l’automne, la marcotte pourra être sevré en coupant la tige. Déplanter le nouveau plant et mettre en nourrice jusqu’au printemps. C’est très simple et très efficace.

Jean-Claude Segonne, Saint-Denis ville verte ville fleurie

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.