À la une En ville

Ecole
/ Bras de fer entre parents et inspection

Les parents d'élèves du quartier SFC occupent l'école Pasteur
Les parents d'élèves du quartier SFC occupent l'école Pasteur

C’est un véritable bras de fer auquel se livrent, d’un côté et de l’autre, l’administration de l’éducation nationale et les parents d’élèves du quartier Floréal-Saussaie-Courtille. En jeu : une fermeture de classe à l’école Pasteur, programmée par l’inspection, refusée par les parents. Plusieurs dizaines d'entre eux (ou plutôt d'entre elles : les mamans sont en majorité écrasante) occupent l’école depuis le vendredi 10 juin pour protester :  « Depuis maintenant un an, nous nous réunissons régulièrement pour parler de l'école et de ses dysfonctionnements », écrivent-ils. Alors que nous espérions une amélioration des conditions de scolarité de nos enfants, l'Education nationale annonce la fermeture d'une classe dans l'une des écoles primaires du quartier. Ce qui a pour effet d'augmenter les effectifs d'élèevs par classe. Nous ne pouvions en supporter plus. »

Lundi 20, ils ont reçu le soutien de Mathieu Hanotin, qui a écrit au directeur académique pour lui demander de revenir sur cette décision : « En effet, au-delà de l'évolution des effectifs, il serait souhaitable que vous puissiez prender en compte la situation d'ensemble de cette école », plaide le député dans un courrier adressé à Christian Wassenberg.

Le même jour, c’est Stéphane Peu qui est allé sur place leur apporter le soutien de la municipalité dans le combat qu'ils entendent continuer à mener jusqu'à satisfaction : « Nous cesserons nos occupations quand l'Education Nationale nous annoncera l'annulation de la fermeture de classe. »

Dans le même temps, les parents d'élèves du groupe scolaire Langevin/Wallon/Bas Prés, également menacé d'une fermeture de classe, ont écrit eux aussi à M. Wassenberg, directeur académique, pour dire leur colère face à une décision « cynique et scandaleuse » : « Nous avons, depuis ce matin (mardi 21 juin), de manière unanime et spontanée, repris notre occupation des directions du groupe scolaire, que nous poursuivrons tant qu'il le faudra. La moyenne nationale est de 22,9 élèves/classe. Nous sommes au-dessus pour cette rentrée 2016/2017 avec 23,75 élèves/classe ! C'est inadmissible. Nous sommes déterminé-e-s à poursuivre et à amplifier ce mouvement, qui est encore une fois pour nous le seul moyen de défendre l'avenir de nos enfants. »


Pour en savoir plus: