Cultures

Art mural
/ Beau temps sur Delafontaine

Le bâtiment médico-chirurgical est devenu le support d’une œuvre monumentale, Face au temps, signée du duo d’artistes suédois Bigert & Bergström, inspirée par la météorologie. Le résultat d’une concertation lancée en 2013 entre des membres du personnel du centre hospitalier et la Fondation de France.
L'œuvre "face au temps" de Bigert & Bergström.
L'œuvre "face au temps" de Bigert & Bergström.

L’œuvre en impose. Sa taille monumentale sur la façade du bâtiment médico-chirurgical de l’hôpital Delafontaine surplombe les bureaux du pôle administratif et le parking extérieur à étages. Baptisée Face au temps, cette création rafraîchit l’immeuble construit dans les années 1970. Les ornements d’époque tombaient en ruine, il y avait donc urgence à rénover le mur. L’installation est signée du duo suédois Bigert & Bergström, artistes spécialisés dans l’art contemporain connus pour leur sauna en forme d’œuf géant (Solar-Egg) ou leurs boules en vinyle imprimées. L’initiative résulte, quant à elle, d’une concertation lancée en 2013 entre un groupe de membres du personnel du centre hospitalier dionysien et de la Fondation de France via son action des « Nouveaux Commanditaires » mise en place il y a une vingtaine d’années. Mari Linnman, médiatrice au sein de l’association 3-ca, a coordonné cette opération.

Depuis le début de leur collaboration débutée dans les années 1980, Bigert & Bergström ont exploré le thème du climat et le rapport que l’homme entretient avec l’environnement. L’ensemble en relief réalisé pour l’hôpital Delafontaine est composé de deux parties en inox découpé au laser : l’une mesure 28 mètres de hauteur et la seconde 25 mètres. Les éléments ont été formés dans un atelier à Pékin, qui fait usage d’une technique ancestrale de sculpture formée manuellement par petits battements de marteau. Il a fallu enlever la « dentelle » en béton de la façade pour installer l’œuvre. Les formes rappellent très distinctement les symboles des cartes météorologiques de la pluie, de la neige, des vents, du front occlus, du brouillard… Il faut attendre la nuit pour apprécier l’éclairage tout en nuances varier sur la façade du mur et qui évoque les différents cycles du temps. « La météo est une thématique universelle, elle correspondait à notre patientèle aux cultures très différentes », explique-t-on à la direction de l'hôpital.

L’art dans l’hôpital, une réelle demande

Cette création s’inscrit dans un cadre définit par la loi de 2002, relative aux droits des malades, qui "exige" des hôpitaux une amélioration du quotidien de leurs patients. À ce titre, de nombreux projets ont été lancés notamment dans le Groupement hospitalier de territoire « Plaine de France » qui réunit Delafontaine et le C-H de Gonesse. Au-delà du cadre législatif, ces initiatives tentent de briser la connotation péjorative des hôpitaux et d’aborder concrètement la question de la douleur en milieu hospitalier. « Nous sommes témoins de l’échec de la technique à traiter, voire à entendre la misère et la souffrance », constate le docteur Isabelle Marin, commanditaire médecin en équipe mobile de soins palliatifs. « La souffrance interroge la responsabilité de la société toute entière », poursuit-elle avant d’ajouter : « C’est par la culture que nos malades déracinés, ballotés d’un continent à l’autre, peuvent retrouver un bout d’identité et de place dans le monde. Nous avons ainsi fait entrer des conteurs, des art-thérapeutes, des musiciens à l’hôpital pour dire ce truisme que la vie humaine n’est pas seulement affaire médicale. »

À l’instar de Delafontaine, l’établissement d’hébergement pour les personnes âgées hospitalisées dépendantes (EHPAD) Daniel-Casanova qui fait partie du GHT « Plaine de France » attire les projets de nature artistique avec des résidences de comédiens. La Compagnie In Vitro y a coordonné des sessions d’improvisations théâtrales avec les seniors du service de gériatrie qui reprendront à la rentrée prochaine.

Maxime Longuet

À noter que le duo Bigert & Bigerström exposera son « Solar-Egg » en novembre à Paris à l’Institut Suédois.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.