À la une En ville

Basilique
/ Audrey Azoulay dans le sens de la flèche

La ministre de la Culture et de la Communication donne un feu vert mesuré au projet du chantier de reconstruction de ce qui fut le point culminant de la cathédrale.

« La ministre souhaite favoriser ce projet de chantier école. » Cette phrase clé du communiqué publié par Audrey Azoulay redonne des couleurs au projet de remontage de la flèche de la basilique même si la ministre prend bien soin de préciser qu’elle « a pris note des recommandations de la Commission quant aux conditions impératives préalables à la poursuite du projet ». Celle-ci, à une courte majorité, avait émis des réserves « au regard des principes généraux de restauration des monuments historiques » lors de sa réunion du 30 janvier. Mme Azoulay souhaite aussi que « soit mis en place un comité scientifique, au-delà du comité de soutien existant » et précise avoir rencontré le 7 février Patrick Braouezec et Laurent Russier qui l’ont visiblement convaincue de saisir « une occasion unique d’impliquer et de fédérer la population autour de ce patrimoine commun ». Outre le président de Plaine Commune et le maire de Saint-Denis, le projet est farouchement défendu depuis des décennies par de nombreuses figures culturelles et politiques comme l’académicien Erik Orsenna ou, plus récemment, la présidente de la région Île-de-France Valérie

Pécresse  a rejoint le comité de soutien.

Pour rappel, la flèche et la tour nord de la basilique (86 m de haut) avaient été détruites lors d’une violente tempête en 1837. Remonté dans la foulée, l’ensemble dut être démonté dix ans plus tard car la nouvelle mouture menaçait de s’effondrer. En 1987, après avoir essuyé un premier échec, Marcellin Berthelot alors maire dionysien, avait tenté de lancer le chantier, en vain. En 2013, c’était au tour de Didier Paillard de remettre sur la table l’idée d’une reconstruction de la flèche. Sauf nouveau rebondissement dans ce dossier, la reconstruction débutera à l’été 2018 dans le meilleur des cas. L’ouvrage accueillera les premiers visiteurs venus profiter d’un échafaudage fraîchement installé et de son panorama, ainsi que des ateliers découvertes pendant toute la durée des travaux. Les visites du chantier représenteront l’un des principaux apports au financement du projet avec le mécénat d’entreprise assure-t-on du côté de l’association Suivez la flèche. Celle-ci table sur un million d’euros engendrés chaque année par ces visites.

Selon Patrick Braouezec, la pose d’une première pierre est envisagée à la mi-mars. En attendant, les Dionysiens sontinvités à venir contempler la maquette de la flèche réalisée par Olivier et Agnès Doizy et exposée à l’Office du tourisme.

Maxime Longuet et Dominique Sanchez

Réactions

voici le communiqué exact de ce jour de Mme La ministre: http://www.culturecommunication.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Fleche-de-la-basilique-de-Saint-Denis dans lequel la ministre demande aussi, je cite: "- d’apporter toutes les assurances, au regard d'investigations complémentaires qui restent à conduire, que le massif occidental de la basilique pourra supporter sans dommage le chantier et le poids d'une tour et d'une flèche reconstruite ; - de démontrer que l’opération sera autofinancée par les recettes de visite du chantier et par le mécénat, préservant ainsi le financement par l’Etat des travaux indispensables pour la basilique." Aussi, il me semble assez étrange d'avancer que la première pierre pourra être posée d'ici un mois....
@Astride Voici également le communiqué de presse de Patrick Braouezec et de Laurent Russier qui vient d'être envoyé aux rédactions: "Mercredi 15 février, Madame la Ministre de la Culture et de la communication, Audrey Azoulay a validé le projet de remontage de la flèche de la Basilique de Saint-Denis, sous réserve du respect des recommandations émises par la Commission nationale des monuments historiques. Cette décision très attendue est une reconnaissance pour ce projet patrimonial d’envergure, qui a su convaincre acteurs institutionnels et économiques. En mars 2013, Patrick Braouezec, président de Plaine Commune, Didier Paillard, alors Maire de Saint-Denis et Erik Orsenna, écrivain et académicien, présentaient le nouveau projet de remontage de la flèche de la Basilique de Saint-Denis, démontée en 1846 suite à une série de violents ouragans ayant fragilisé l’ouvrage.Un soutien qui s'est poursuivi avec l'élection de Laurent Russier en tant que maire de Saint-Denis à la fin de l'année 2016. Porté par le dynamisme de l’association « Suivez la flèche » maître d’ouvrage et par le savoir-faire de Jacques Moulin, architecte en chef des monuments historiques pour la maîtrise d’œuvre, le projet a su lever un à un les obstacles qui se sont présentés à lui, jusqu’à la décision déterminante de Madame la Ministre Audrey Azoulay, qui autorise ainsi un chantier appelé à durer plusieurs années et à marquer, à terme, une ambition patrimoniale de premier plan. Soutenu par un réel élan populaire et porté par de nombreuses personnalités du monde culturel et artistique (Erik Orsenna, Stéphane Bern, Grand Corps Malade), le projet va pouvoir déployer son potentiel : création d’emplois, levier d’insertion, développement touristique, valorisation patrimoniale. Et ce, en s’appuyant exclusivement sur un modèle d’autofinancement permis par les visites du chantier à ciel ouvert et par le soutien de mécènes privés ayant compris l’aspect novateur de ce projet. Au travers de ce projet complet, c’est l’appropriation par l’ensemble des habitants de Saint-Denis et de Plaine Commune, de ce patrimoine culturel exceptionnel qu’est la basilique, premier édifice gothique mondial construit, que nous visons. C’est retrouver et donner à voir, dans un territoire trop souvent stigmatisé et objet d’une vision caricaturale, la réalité riche et complexe de notre territoire et notre capacité à nous rassembler autour d’un projet fédérateur, afin de construire ensemble notre futur. Ce projet constitue une grande aventure humaine qui fera battre le cœur de notre territoire au cours des années à venir. Patrick Braouezec Laurent Russier Président de Plaine Commune Maire de Saint-Denis
il faudra tout de même attendre d’avoir " toutes les assurances, au regard d'investigations complémentaires qui restent à conduire, que le massif occidental de la basilique pourra supporter sans dommage le chantier et le poids d'une tour et d'une flèche reconstruite" les a t on aujourd'hui?
Vous avez oublié une petite partie du message: La ministre souhaite favoriser ce projet de « chantier école » et a décidé de suivre les recommandations de la Commission nationale en donnant son accord au lancement des études, qui doivent permettre : – de faire la preuve du caractère exceptionnel du chantier de la flèche en matière d’utilité sociale, d’adhésion et de participation populaire ; – d’apporter toutes les assurances, au regard d’investigations complémentaires qui restent à conduire, que le massif occidental de la basilique pourra supporter sans dommage le chantier et le poids d’une tour et d’une flèche reconstruite ; – de démontrer que l’opération sera autofinancée par les recettes de visite du chantier et par le mécénat, préservant ainsi le financement par l’Etat des travaux indispensables pour la basilique. La ministre a enfin souhaité que soit mis en place un comité scientifique, au-delà du comité de soutien existant. »
Bonjour. Donc pour résumer la ministre a décidé de ne rien décider… et renvoie la décision au prochain ministre de la culture. Toute cette agitation pour cela... Nos élus ont tord de se gargariser. La pose de la première pierre c'est juste du marketing... Ca sera la seule pendant un bon moment. C'est E. ORSENNA qui doit être déçu depuis le café de flore... Pour tout les soutiens de ce projet, il faut vous apprendre les bases... La basilique a des fondations plus que fragiles pour supporter une tour de 86 mètres. Faites les choses par étape. Rénover et renforcer les fondations, la faisabilité technique du projet et ensuite le financement. Quand on voit la ville, je comprends que le projet a été refusé (même à une courte voix, on se rassure comme on peut). La les élus sur arrivé avec un avis d'une seule personne (issue des monuments de nationaux), un comité de soutiens du show biz, et un financement plus que douteux (le million de visiteurs annuel est surestimé). Il faut pas vous étonnez que le projet soit recalé. La claque est mérité, et elle est pour les élus porteurs du projet, pas pour les habitants. C'est aussi une preuve de l'incompétence a porté des projets ambitieux. PS: "Soutenu par un réel élan populaire..." Est ce que D. PAILLARD (le réel porteur du sujet) a des preuves de ce qu'il avance??? Pas sur. PS2: Merci à Audrey Azoulay d'avoir préservé nos finances publiques.
merci Azzedine!
Merci Azzedine C'est quand même incroyable que Braouzec dise que la première pierre sera posé en 2018, on voit le mensonge énorme de cet homme qui pense qu'on est toujours dans les années 80 sans internet sans moyen d'information, ces élus sont complètement dépassés et leur conseillers n'osent même plus leur dire tellement ils sont enfermé dans une idéologie obscure qui nous mènent tous dans le mur.
Merci Azzedine
pour résumer, la ministre a autorisé la réalisation de nouvelles études sur des points essentiels et n'a donc pas mis un terme immédiat au projet. Le communiqué local est presque mensonger dans sa formulation je cite :"le projet a su lever un à un les obstacles qui se sont présentés à lui, jusqu’à la décision déterminante de Madame la Ministre Audrey Azoulay, qui autorise ainsi un chantier appelé à durer plusieurs années ...". On note aussi l'exigence d'un comité scientifique et pas seulement de soutiens. Ce qui laisse songeur sur les études réalisées. Par exemple, quel impact le passage régulier de la ligne 13 sous le parvis qui n'existait pas lors de son démantèlement ?
M. Sanchez , vous vous prétendez journaliste pourquoi alors cautionner encore et toujours les mensonges de Braouezec ? Il ne trompe plus personne et même le PC l'abandonne
@Georges Il me semble que vous vous méprenez sur le sens du communiqué de la ministre. Je maintiens que c'est un oui avec des conditions et pas un non. Lisez d'autres titres de presse et vous verrez que je ne suis pas le seul à avoir interprété ainsi ce communiqué.
@Sanchez: les études techniques du chantier prétendument "soutenu par un réel élan populaire" ne sont pas encore commencées et donc la faisabilité du projet pas encore prouvée et surtout le coût financier n'a pas été objectivement évalué ! Mais Braouezec le laborantin, n'en a cure et annonce tout de go une possible pose de première pierre en mars 2018. Si ce n'est pas un mensonge, c'est de l'enfumage ! Arrêtez de prendre les dionysiens pour des crétins, des demeurés ou des gogos. Il est vrai que Saint-Denis "référence mondiale du bien-vivre" en a vu d'autres. Il faut en finir avec tous ces théoriciens de l'absurde et ces génies hors-sol
Azzedine , vos connaissances sont universelles, vous voila technicien ,ingénieur, constructeur (de mensonges et de rumeurs assurément ) etc...Vous savez, les fondations de la Basilique sont "plus que fragiles". Il vous faut faire des offres de services à ce comité de la flèche. Plus sérieusement, oui c'est un grand et beau projet, porteur de sens, oui la technique aujourd'hui permet de répondre au confortement des fondations même en, présence d'une ligne de métro mais pour quel cout ? La faisabilité économique hors fonds publics est un autre défis qui n'est pas insurmontable. Le château de Guedelon ,l'Hermione à Rochefort n'étaient pas moins ambitieux. Mais comme toujours , un projet ancien (1988), mais porté par la ville ne peut, à vos yeux recueillir votre assentiment quelque soit son intérêt ou ses qualités.
@Belleville. Un minimum de lecture sur le sujet notamment la charte de Venise, vous auriez su que le projet serait retoqué. Au delà des considérations techniques... D. PAILLARD a mal fait son travail. S'il avait mené ce projet en chef de projet (coût, faisabilité, calendrier, financement) correctement et pas en politicien bas de gamme, il aurait réussi à porter ce projet. La ministre a eu raison de préservé les finances publiques. Mon propos n'est pas la flèche en elle même. Je suis contre d'en faire une priorité municipale alors que la ville est sale, mal entretenue, et que le CTM est en grève depuis 10 jours et que la population est en réelle souffrance (de la Mal Vie pour reprendre les mots de Laurent Russier). Chacun son truc. Moi c'est le quotidien des habitants. Vous... Je ne sais pas, quel est pour vous la priorité pour les habitants. Ps: Vous savez pourquoi le château de Versailles a des mécènes et pas la Basilique... Les mécènes ont un retour sur investissement et ils y vont. Trouvez un moyen pour que des mécènes viennent à la Basilique et le projet se fera tout seul. Même pas besoin de D. PAILLARD pour le porter (une sacrée économie)
Je n'ai pas grand chose d'intelligent à écrire sur le sujet en ce qui concerne le débat de fond ... Pour l'aspect purement architectural, je trouve que l'asymétrie entre l'aile droite et l'aile gauche, est plutôt moche ... mais je reconnais que c'est subjectif.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.