À la une Sports

Football
/ Au Sdus le ballon ne tourne pas rond

Mal en point financièrement, la section football de Saint-Denis Union Sports est dans l’impasse après la décision de la direction omnisports de diviser par deux les indemnités des éducateurs. Ces derniers ont manifesté leur colère et n’assurent plus les entrainements.
Le 9 mai, manifestation des éducateurs sportifs du Sdus avec leurs soutiens, devant le siège du club omnisports.
Le 9 mai, manifestation des éducateurs sportifs du Sdus avec leurs soutiens, devant le siège du club omnisports.

Principal club de la ville, Saint-Denis Union Sports (Sdus) traverse une crise d’une ampleur inédite. Le torchon brûle entre la direction de l’omnisports et sa section football. Mercredi 9 mai après-midi, une vingtaine d’encadrants du club de foot, accompagnés de plusieurs dizaines de parents et d’enfants, ont organisé une opération coup de poing en occupant le siège du Sdus, situé à Porte de Paris. « Omnisports escroc, omnisports escroc ! », ont bruyamment scandé des manifestants.

Les éducateurs sont remontés. En avril, le jour de paie, ils ont eu la désagréable surprise de voir leurs indemnités réduites de moitié, après déjà deux mois de retard de règlement. « A la base, certains sont payés 100 euros, ils ont touché 50 euros », souffle Yanis, jeune éducateur. « Ce n’est pas normal. On se sacrifie pour le foot, pour le club. L’omnisport doit au moins nous donner une explication », renchérit Mamby, jeune encadrant, payé 350 euros par mois, et quasiment présent tous les soirs au stade Delaune auprès des enfants, sans compter ses week-ends. « Au lieu d’avoir l’omnisport comme aide et appui, on l’a contre nous », fustige Djamel Rihgi, entraineur des moins de 17 ans.

Plus de cours à l’école de football

Depuis la rentrée, le 30 avril, les encadrants ont décidé de ne plus assurer les cours de l’école de football. Laissant sur la touche environ 500 enfants de 6 à 12 ans. « Les éducateurs ne reprendront pas les activités tant que la situation ne sera pas régularisée », assure Mourad Aïteur, référent de la section football depuis 2016. La direction de l’omnisports veut « faire des économies sur le dos des éducateurs », dénonce-t-il. 

Dans ce conflit, Hervé Borie, le président de l’omnisports, rappelle la situation du club de football qui « a une dette de 100 000 euros et ne survit que parce qu’il fait partie de l’omnisports. » En effet, le Sdus football est sous la tutelle du siège depuis 2016, après une détérioration de la situation suite au défaut d’un sponsor qui avait promis 120 000 euros sur deux ans. « Cette saison, l’omnisports a fixé une enveloppe budgétaire de 120 000 euros pour les éducateurs, qui à ce rythme allait être dépassée. On a voulu tirer la sonnette d’alarme, rajoute Hervé Borie.On a sans doute été maladroit mais on voulait faire réagir les dirigeants du foot pour les mettre autour de la table ».

Mourad Aïteur n’a jamais voulu respecter cette limite. Selon lui, les efforts budgétaires ne doivent pas se faire au détriment des encadrants, plus d’une trentaine au total. « Je serre déjà au maximum la ceinture et on me demande de baisser les indemnités », critique-t-il.

Hervé Borie pointe une « situation financière extrêmement tendue » au Sdus.« L’ensemble de l’omnisports est mis en danger », s’alarme-t-il, à cause des dettes du foot mais aussi du rugby – au moins 100 000 euros - qui risque d’être relégué administrativement en Fédérale 3.   Adjoint aux sports, Bally Bagayoko demande qu’une « solution soit rapidement trouvée ». « Il faut que les engagements pris en début de saison sur les indemnités soient respectés », assure-t-il. A moyen terme, l’élu réclame enfin la mise en place « d’un plan de redressement soutenable pour résorber la dette sur plusieurs exercices ».

La situation pourrait se débloquer mardi 15 mai : l’omnisports doit rencontrer la Ville (1) puis la section football.

Mise-à-jour du mercredi 16 mai: Dans un communiqué publié mardi soir , le Sdus omnisports a décidé le « maintien du niveau actuel des indemnités accompagnateurs jusqu'au 30 juin 2018 ». Mais selon la direction, cette décision n'est pas sans conséquence puisqu'elle va aggraver le déficit de 20 000 euros, portant la dette globale à 115 000 euros. 

Aziz Oguz

(1) Pour 2018, la subvention du Sdus est de 884 000 euros. Le Sdus omnisports compte 5 000 adhérents dont 1 000 footballeurs.

A une marche du Régional 1

Si l’extrasportif est tumultueux, le Sdus football fait le travail en Régional 2. En battant 1-0 Nanterre dimanche 13 mai, les Dionysiens ont signé une victoire « super-importante », comme le dit son entraineur Lacina Karamoko. Ils ont dû batailler après la pause pour préserver l’avantage obtenu en première période. Avec ce résultat, Saint-Denis monte à la 3e place (34 points) et se retrouve tout proche de la montée. Pour cela, il faudra confirmer lors de la dernière journée, et l’emporter dimanche 27 mai à Issy-les-Moulineaux (9e, 24 pts).

AO

Réactions

Bonjour. C'est à l'image de la situation de la ville. Aucune vision à long terme et surtout une volonté de cacher les problèmes pendant des années. Malheureusement pour la ville et ses habitants, ils réapparaissent. Il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas. L'état de l'omnisport est à l'image du stade Delaune.. Vétuste. Quand à Bally... Le saupoudrage à tous les sports n'est la solution. Satisfaire tous le monde n'est un projet de ville. Une ville de 110 000 habitants et aucun club sportif dans l'élite nationale alors que la jeunesse est très importante. Faire de la politique, c'est aussi décider. Et trancher.
Saint Denis le, 15 mai 2018 Mesdames, Messieurs, Hier, à notre grand étonnement nous avons tous pu prendre connaissance sur les réseaux sociaux d'un communiqué de l'Omnisports suite à l'interruption de l'encadrement des cours, le 30 avril dernier, par une partie des éducateurs sportifs en réponse à la décision arbitraire de l'Omnisport de réduire drastiquement leurs indemnités exonérées de moitié. En conséquence de quoi, après en avoir informé la section, les adhérents et les parents, un rassemblement en date du 09 mai dernier devant les locaux du SDUS a eu lieu afin de manifester à la fois leur contestation, leur incompréhension et leur mécontentement. Après lecture du communiqué il a semblé indispensable de répondre au regard des faits dénaturés et du déni de responsabilité concernant notamment les raisons qui ont conduit à cette situation. Au préalable, et à des fins de totale transparence, il est fondamental de remettre les choses dans leur contexte notamment concernant la dette de la section football et sa mise sous tutelle évoquées dans le communiqué de l'Omnisport. En effet, la section football est sous tutelle et ce, clarifions le car ce n'est pas précisé, depuis 2015 et connaissait des difficultés financières et de gestion depuis quelques années déjà. Précisons également qu'à cette époque des dysfonctionnements de gestion du SDUS relatifs entre autres aux partenaires et aux subventions allouées à la section, ont aussi contribués à la majeure partie de cette dette. Le commissaire aux comptes n'a d'ailleurs pas accepté d'approuver les comptes de l'Omnisports en 2015. (D'autant que la section Football n'est pas la seule à connaître des difficultés financières, d'autres sections sont également dans la même situation voire pire). Ceci étant dit, vous n'êtes pas sans savoir que depuis 2016 un nouveau bureau a été mis en place à l'initiative d'éducateurs et d'adhérents soucieux de mettre fin à une situation insoutenable en priorité pour les jeunes et justement dans l'objectif de redresser la section tant financièrement que sportivement et d'œuvrer activement à son développement et son rayonnement. Pour autant il est inacceptable de supporter qu'on puisse leur faire porter la responsabilité d'une dette qu'ils n'ont pas créée mais dont ils ont hérité. ​Il faut garder à l'esprit une chose simple et factuelle, à un moment donné l'Omnisports ne peut pas nier sa part de responsabilité surtout lorsqu'on sait que seul le président ou le comité directeur a le droit d'engager les paiements !! Comment expliquer alors que l'Omnisports, ayant constaté que la première année les sponsors n'avaient pas ​opérés les transferts de subventions, ait tout de même autorisé les dépenses l'année suivante en annonçant un reliquat N-1 pour un total de 120 000 euros qui finalement n'arriveront jamais dans les comptes de la section et provoqueront une dette abyssale ???????? Leur ligne directive est inchangée, leur engagement et leur détermination à redresser la section restent inébranlables et ils l'ont prouvé ces deux dernières années tous ensembles avec les éducateurs, les parents, les adhérents de tous âges auxquels ils ont proposé de nombreuses nouveautés, opportunités, des tournois réguliers auxquels ils participent dorénavant un peu partout en France parfois même à l'étranger. (Malgré une situation épouvantable). Ensemble, éducateurs, jeunes et parents, ils ont pu proposer de nouvelles activités, des évènements qu'ils ont parfois financés par les deniers personnels des éducateurs, coachs et de l'actuel président qui est lui-même partenaire donateur de la section. Une restructuration de la section a été engagée au bénéfice des adhérents et bien d'autres changements souvent imperceptibles car non visibles mais d'une importance capitale. Leur mission première est évidemment aussi de créer les meilleures conditions pour une sortie de cette situation néanmoins ils ne peuvent pas accepter de transiger sur la diminution des indemnités accompagnateurs ; il s'agit aussi d'intégrer le fait que la section a vu son nombre d'adhérents s'accroître ces dernières années atteignant 1050 membres aujourd'hui et ses activités compétitives ont également augmenté ce qui contribue non seulement à l'Omnisports mais également au rayonnement de notre belle Ville de Saint Denis. Les charges incompressibles citées dans le communiqué à savoir 2 salariés et les coûts liés aux activités compétitives ne sont en rien exagérées au vu de la taille de la section et de ses ambitions footballistiques ; pour ce qui est des compétitions, il faut rappeler qu'il s'agit de football, au-delà de l'aspect loisirs existant et essentiel bien entendu, c'est aussi un sport de compétition par définition ; d'ailleurs les résultats sportifs de la section, toutes formes confondues, sont en constante amélioration pour la plus grande joie des joueurs, leurs familles la section et nous autres Dyonisiens. Concernant le fait de sous-entendre que la section est donc "de facto" responsable de l'aggravation de la dette du fait de refuser de diviser par 2 les indemnités des accompagnateurs, c'est injuste et mensonger d'autant que d'autres solutions existent. D'autres dépenses sont faites et imputées à la section par le SDUS pour lesquelles il faudrait exiger une transparence totale ainsi que sur les postes dépenses, financeurs et salariés de l'Omnisport qui sont comme vous le savez répartis sur l'ensemble des sections qu'elle que soit leur nombre d'adhérent. La transparence des comptes est une obligation, leur publication aussi à partir d'un certain montant et l'Omnisports est dans le cas de figure où elle est dans l'obligation de publier tous ses comptes ainsi que les documents relatifs aux assemblées générales par exemple ; rien n'apparaît nulle part, ni sur le site du SDUS, ni sur le Journal Officiel, on est en droit de se poser des questions puisqu'il s'agit en majorité de fonds publics et des cotisations des adhérents dont la section football représente 1/5ème ne l'oublions pas !! Bien que faisant partie de l'Omnisport la section Football, comme toutes les autres, a un bureau et des instances mais aussi et surtout des adhérents, des membres. Nul ne peut s'octroyer le droit de les déposséder de leur liberté d'expression tout en faisant porter la responsabilité d'une succession d'erreurs et de malveillance antérieures sur les épaules des actuels dirigeants UN PARENT EN COLÈRE
Comment le SDUS peut-il laisser partir financièrement à la dérive ses sections ? Pourquoi n'y a-t-il pas plus de contrôles ? Quelle est la responsabilité des dirigeants de la section football et surtout du Président du SDUS ? N'y avait-t-il pas déjà eu des malversations dans différentes sections du SDUS (Natation et déjà football avec la disparition d'un véhicule !) ? Jusqu'à quand la ville (et donc nos impots) vont continuer de déverser des millions à une association qui a démontré sont incapacité à gérer ses fonds dans l'intéret des adhérents ? Quelle est la responsabilité de l'élu au sport (ancien président de la section basket du SDUS) ? Personnellement, j'ai mes réponses aux questions ci-dessus.
la section Boxe Anglaise elle aussi hérité d'une dette de 9000 euros par contracté par l'ancien entraîneur de la section, Sans aucune explication du SDUS , bien plus celui-ci bienveillant lui a en partie financé un livre ! Alors ....

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.