Portrait

Yvan Loiseau
/ Artiste tombé dans la marmite…

Après l’Amérique du Sud et Madagascar, cet artiste de 27 ans repart pour une nouvelle expérience culinaire et touristique. Cette fois, c’est la Seine-Saint-Denis qu’il va arpenter à partir du 1er avril.
Il partira, le 1er avril, pour une nouvelle expérience de tourisme culinaire, cette fois en Seine-Saint-Denis.
Il partira, le 1er avril, pour une nouvelle expérience de tourisme culinaire, cette fois en Seine-Saint-Denis.

C’est ce qu’on appelle avoir un sacré culot. Lorsqu’Yvan Loiseau débarque en Argentine en août 2013 pour une année d’échange universitaire, le jeune homme se lance un défi qui va devenir sa marque de fabrique : faire du « tourisme culinaire », c’est-à-dire aller faire la cuisine chez les gens qu’il rencontre dans la rue. « La cuisine est une porte d’entrée vers la culture, l’identité. La façon dont on cuisine une carotte, dont on mange (ou on ne mange pas) un poireau dit beaucoup sur qui l’on est, et là d’où l’on vient », explique ce jeune artiste de 27 ans, à la fois photographe, écrivain et acteur, en cette froide journée de février, à l’étage d’un café dionysien. « En arrivant à Buenos Aires, j’avais des morceaux de Kerouac dans la tête. J’étais un peu naïf, mais avec un désir fou. C’est ce qui m’a permis de me lancer dans ce projet. »

En échange de ces bonnes bouffes, « à mes frais », il dort chez les gens. Et ça marche. On le recommande à des cousins, des amis de la famille. C’est ainsi qu’il va petit à petit traverser l’Amérique du Sud. Après l’Argentine, il enchaîne en stop : Chili, Bolivie, Pérou, Équateur, Colombie, Panama, Costa Rica, Nicaragua, Honduras, Guatemala et finalement Mexique. Là il prend un avion direction le Brésil, puis reprend le stop pour l’Uruguay et le Paraguay et finalement retrouve l’Argentine avant un retour en France un an et 15 pays après son départ.

« La cuisine est une porte d’entrée vers la culture, l’identité. »

Durant ces 12 mois sur la route, il voit tout, « même ce qu’il y a de plus sombre, de plus violent : la prostitution, les camés... Mais même dans ces situations, il y a toujours de la vie, sous toutes ses couleurs ». Il prend des photos. Écrit beaucoup. De son expérience, il tire un livre une fois rentré en France, qu’il auto-édite, ainsi qu’une exposition, accrochée à la Maison de l’Amérique latine à Paris en septembre 2016. Encore une histoire de culot : « Ça s’est fait en 6 mois : j’y suis allé une fois, deux fois... Et au final ils ont adoré mon travail ! » Entre-temps, Yvan est déjà reparti faire du tourisme culinaire pendant un mois à Madagascar, à la rencontre de la tribu Mikea, un peuple mystérieux qui vit dans les forêts sèches et hostiles du sud du pays. Accompagnant un employé chargé du recensement, il n’arrive pas les mains vides : « J’ai pris une carriole pour transporter 200 litres d’eau, un zébu, des légumes, du rhum et du tabac. On a fait une belle fête ! » De cette rencontre – quatre jours durant lesquels il va accompagner les Mikea à la chasse, la cueillette et qu’ils cultivent le babo – il a tiré un nouvel ouvrage qui paraîtra le 16 mars, ainsi qu’une nouvelle exposition qui se tiendra du 16 au 22 mars à l’Adada. « D’ailleurs, je suis en retard, il faut que je finisse mes textes », explique-t-il avec son accent du sud. Car si ce baroudeur est « né dans le 91 en 1991 », et qu’il habite depuis trois ans et demi dans un foyer de jeunes travailleurs à Saint-Denis, il reste un homme du sud. Il a grandi à Avignon où il a suivi ses parents à l’âge de 5 ans et il a passé plusieurs années à Montpellier, où il a « beaucoup fait la fête pendant trois ans », avant finalement de « passer un IUT Tech de Co, pour rassurer [s]es parents ».

Lauréat de l’appel à projets de l’In Seine-Saint-Denis, il partira le 1er avril pour une troisième expérience de tourisme culinaire, à la rencontre cette fois... de la Seine-Saint-Denis : « Avec mon sac à dos et mes légumes, je vais arpenter le département pour faire des photos, parler avec les gens de leur vie, de la fougue d’ici, des ébullitions constantes. »

Arnaud Aubry

Un grand banquet sera organisé à Mains d’Œuvres (Saint-Ouen) pour célébrer le départ d’Yvan Loiseau le 1er avril (12h30, 5 euros, www.mainsdoeuvres.org).

Réactions

Comment dire??? Ce n'est qu'un combat, continue le début....

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.