En ville

Après le salafisme

Henda Ayari a été conditionnée pendant près de vingt ans par l’idéologie salafiste, qui lui impose le jilbab, le voile porté par les Saoudiennes. Séparée d’avec son mari, elle devra s’en défaire pour travailler. Après les attentats de novembre 2015, elle fait le buzz en publiant sur Facebook ses deux portraits, avec et sans voile. Elle raconte sa transformation de femme musulmane dans un livre témoignage, J’ai choisi d’être libre, qu’elle présente à l’invitation de l’Observatoire de la laïcité. 

Samedi 10 juin 2017 - 15:00
A la Maison des femmes (1, chemin du Moulin-Basset).

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.