Sports

Handisport
/ Aimée-Lallement un gymnase exemplaire

Vendredi 20 novembre, le Premier ministre Édouard Philippe a visité le gymnase Aimée-Lallement.
Vendredi 20 novembre, le Premier ministre Édouard Philippe a visité le gymnase Aimée-Lallement.

La France sera-t-elle prête pour accueillir les Jeux Paralympiques qui se dérouleront du 4 au 15 septembre 2024 dans la foulée des Jeux Olympiques d’été (2 au 18 août) ? Elle le sera. C’est le message envoyé par le Premier ministre, Édouard Philippe, et le président du Comité International paralympique, Andrew Parsons, lors d’une visite, vendredi 10 novembre, au gymnase Aimée-Lallement du collège Dora-Maar à Pleyel. Pour le chef de l’exécutif, l’événement planétaire doit permettre de « changer le regard sur le handicap et la pratique sportive » dans le pays. Andrew Parsons espère, lui, que les Jeux démocratiseront l’accès du sport pour les personnes handicapées afin d’avoir « un meilleur Paris et une meilleure France pour tous ».

Cette visite dionysienne était très calculée. Le gymnase Aimée-Lallement se trouve à l’intérieur du périmètre du futur village olympique et servira donc de lieux d’entraînement pour les athlètes. Sa particularité ? Son exemplarité en termes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Inauguré en début d’année 2017, l’entrée se fait de plain-pied, avec une rampe d’accès. Tous les espaces sont au même niveau, sans escalier. Mais ce type d’équipement est encore rare, à l’image de la situation à Saint-Denis. Mis à part Aimée-Lallement, les seules infrastructures adaptées dans la ville sont le gymnase Pasteur à Floréal et la salle de tennis de table La Raquette.

« On ne peut pas louper cette échéance »

Le retard est aussi important en ce qui concerne la pratique. « On est la première section sportive scolaire de basket en fauteuil de France », assure ainsi Stéphane Leclerc, professeur d’éducation physique. Créée à la rentrée 2017 en partenariat avec le club d’handibasket de Meaux, cette section regroupe pour l’instant huit collégiens et lycéens de deux établissements spécialisés de Seine-et-Marne (77). Il attend beaucoup de l’organisation des Jeux. « On ne peut pas louper cette échéance », lance-t-il. 

Le nageur paraplégique David Smétanine, médaillé paralympique, a lui fait du basket en fauteuil avec des collégiens de Dora-Maar, dans le but de démontrer que le sport peut rassembler valides et handicapés. Les jeunes Dionysiens ont aussi fait de l’escalade avec un bandeau sur les yeux pendant que d’autres découvrait la boccia, un sport proche de la pétanque, avec des jeunes d’un centre médico-éducatif. Présent aux Jeux de Londres en 2012, le prof Stéphane Leclerc espère que les Jeux de Paris seront aussi réussis. « Je n’ai jamais pensé qu’on ferait moins bien que les Anglais », a lancé Édouard Philippe avant de partir. Il reste encore sept ans pour se mettre au niveau.

Aziz Oguz
 

Réactions

Il est quand même étrange de ne pas citer dans cet article le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis qui a construit ce gymnase, fruit de la volonté politique de Stéphane Troussel, Président du Département, et de Mathieu Hanotin, ancien vice-président à l'éducation (gymnase construit avec le collège) et actuellement chargé des sports et des grands événements, accessoirement élu de ce canton.
Bonjour Adrien Delacroix, Je n'ai cité aucun responsables politiques locaux qui pourtant étaient nombreux (le maire Laurent Russier, les députés Stéphane Peu et Eric Coquerel, le président du conseil départemental Stéphane Troussel, etc.). Je n'ai pas jugé opportun de les interroger. Je me suis concentré sur la pratique du sport pour les personnes handicapées. C'est un choix journalistique de ma part. Cordialement, Aziz Oguz

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur