@ vous

Agression Descartes
/ Adapter les forces de sécurité aux réalités du terrain

Nom ou initiales: 
Stéphane Peu, député

L’intrusion et les agressions, menées lundi 5 mars au centre de loisirs Descartes à Saint-Denis par des individus cagoulés, ne sont pas seulement d’une extrême gravité. Elles franchissent un cran dans les faits de violence enregistrés au sein de lieux fréquentés par des enfants, dans ces espaces qui tout comme l’école se doivent d’être sanctuarisés mais ne le sont plus.

L’agression d’une directrice et de trois animateurs du centre de loisirs à coups de crosse d’arme à feu et de pieds intervient dans un contexte d’augmentation des actes délictueux et violents à l’intérieur ou aux abords des enceintes scolaires.

Ainsi, depuis la rentrée de septembre, j’ai déjà alerté à plusieurs reprises le préfet de la Seine-Saint-Denis, le Préfet de Police, et le Rectorat pour des faits graves comme l’agression du directeur de l’école Jean Jaurès de Pierrefitte ou les coups de feu tirés aux abords immédiats de l’école maternelle Delaunay-Belleville de Saint-Denis qui ont nécessité le confinement d’enfants âgés de 3 à 5 ans.

Je ne cite là que deux épisodes d’une violence extrême qui n’épuisent pas, loin s’en faut, la longue liste qui empoisonne la vie de nos quartiers populaires.
Quand des enfants, des personnels et des parents sont ainsi exposés il est urgent d’agir, de mettre en place des mesures appropriées et pérennes pour stopper cet engrenage porteur de drames plus graves encore.

Dans cet esprit, je viens de solliciter un rendez-vous en urgence avec Monsieur le préfet pour relayer auprès des pouvoirs de l’Etat les exigences des familles et des personnels qui refusent de voir ainsi exposés leurs enfants et qui ne veulent plus aller au travail la boule au ventre.

Comme je viens de le répéter au ministre de l’Intérieur Gérard Colomb en compagnie de ma collègue Marie-George Buffet et des maires de Saint-Denis et de Stains, il est temps que l’Etat ouvre les yeux, adapte ses forces de sécurité aux réalités du terrain !
Il n’est pas possible de répéter à satiété que la loi de la République doit s’appliquer partout sans transformer ces paroles en actes, avec détermination, pour barrer la route à la loi du caïdat.

Agression Descartes

Réactions

Stéphane Peu qui a concentré toute la misère d'IDf sur St-Denis, s'étonne des problèmes aujourd'hui, alors que beaucoup d'entre nous ne cessait de le répéter, on était traité de raciste, Fn, nazis...20 ans à nier la réalité pour les petits intérêts électoraliste, et aujourd'hui on subit votre politique Mr S. Peu, tout simplement.

Bonjour.
@S.PEU.
Vous avez été élu sur la liste d'un maire qui eu pour slogan : Saint Denis une ville ou il fait bon vivre.
Ces événements ne datent pas d'hier. Que de changement depuis 2014...
Il a fallu combien d'agressions, de voiture volées ou brûlées avant que les élus de la majorité municipale ouvre les yeux en acceptant du bout des lèvres la vidéosurveillance.

Vous demandez à l'état d'ouvrir les yeux car vous sentez qu'un palier a été franchi dans l'extrême violence. Et vous avez eu le culot de demander, avec L. RUSSIER, aux habitants de descendre face aux dealers...

C'est quoi la prochaine étape??? Un mort.? que ça tire en pleine rue à cause du trafic de drogue??? Ah non, c'est déjà arrivé l'année dernière.

Tant que vous accepterez la violence comme un fait quotidien (voiture brulés, guerre de quartier, drogue) la ville, et le 93 plus globalement, la violence continueras.

La réponse ne se limite pas aux nombres de policier et aux nombres de caméras. Encore faut il bien s'en servir

@azzedine
Cette mairie n'a jamais accepté la vidéosurveillance, elle a été imposé par le préfet pour l'Euro 2016, car il avait trop peur que les touristes subissent pendant 3 semaines, ce qu'on subit depuis des années. Vidéosurveillance interdite à la police municipale, du coup beaucoup de ces policiers sont parti voir ailleurs, il ne voulait pas risqué leur vie, pour les intérêts électoraliste de ces élus.

Bonjour
@Abdel
La videosurveillance est saboté des le départ à Saint Denis car il y a personne derrière les caméras.
C'est toujours en différé pour voir éventuellement si la caméra a enregistré qques choses.
Les agresseurs ne cours même plus...

A vouloir la misère, il faut aussi en assumer les conséquences... enfin c'est surtout les habitants qui les subissent.

Une seule question : quand les responsables (le Maire et l'équipe municipale) de la transformation de Saint-Denis en ville championne de France de la délinquance, vont-ils assumer les conséquences de leur politique catastrophique pour Saint-Denis et démissionner ?

Je suis régulièrement les commentaires (Horta, Azzedine, Mourad, Abdel...) qui sont intéressants sur l'inaction de la municipalité que l'on expérimente tous lorsque l'on vit à Saint Denis. Que faire? Quelles sont les alternatives crédibles au niveau politique? On ne voit plus Hanotin qui pouvait être une alternative même s'il ne propose pas de changement drastique.

Bonjour
@Paul.
Une des premières choses à faire, c'est de voter. Les jeunes de la ville ne s’intéressent plus à la vie citoyenne. La municipalité avait fait une mini campagne d'inscription... mais sans grande vigueur.
Au résultat du bac par exemple... Motiver les bacheliers. C'est une première étape. Il y a 5 lycées maintenant. C'est toujours possible de commencer quelque chose pour motiver les jeunes à aller voter.
Ensuite sur l'état de la ville. Il faut que les élus changent. Ceux qui sont la depuis 20 25 ans... Stop. Qu'ils arrêtent. Passez la main un peu. Donnez aux autres envie de s’intéresser à la vie de la cité.
Ca en dégoûte de la politique.

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur