À la une En ville

Mémoire
/ 56e anniversaire du 17 octobre 1961

de gauche à droite, Mahmoud Massali, consul d’Algérie à Bobigny  et Saïd Moussi,ministre conseiller à l’ambassade d’Algérie.
de gauche à droite, Mahmoud Massali, consul d’Algérie à Bobigny et Saïd Moussi,ministre conseiller à l’ambassade d’Algérie.

À l’occasion du 56e anniversaire du 17 octobre 1961, la Ville a organisé une cérémonie rassemblant près de deux cents personnes, mardi dernier, place des Victimes-du-17-Octobre-1961 (précédemment nommée place de la Gare). David Proult, adjoint intervenant au nom du maire excusé, a rappelé la demande de la Ville de reconnaissance officielle en « crime d’État » de ce jour de funeste mémoire.

Le 17 octobre 1961, le FLN (Front de libération nationale) avait appelé les immigrés d’Île-de-France originaires d’Algérie à manifester pacifiquement en réponse au couvre-feu qui leur avait été imposé à partir du 5 octobre. Cette manifestation, réprimée par les forces de l’ordre, a fait entre 100 et 300 morts. Le nombre précis n’est pas connu. Et comme l’ont rappelé de nombreux intervenants, le travail d’historien, de ce côté et de l’autre de la mer Méditerranée, est encore à faire.

Fatima Bedar, 17 ans, victime de cette répression dont le corps a été retrouvé dans le canal à Saint-Denis, et dont un square au cœur du programme Neaucité, quartier Gare, porte le nom depuis 2015, a été cité de nombreuses fois. Mahmoud Massali, consul d’Algérie à Bobigny, Kader Chibane, conseiller municipal, au nom du Cercle citoyen, et Stéphane Peu, député de la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis, ont pris la parole ainsi qu’un représentant du FLN et un représentant des étudiants algériens en France.

La cérémonie s’est poursuivie par le dépôt de plusieurs gerbes, dont l’une par le consul d’Algérie du 93 accompagné par Saïd Moussi,ministre conseiller à l’ambassade d’Algérie (notre photo). Ceux qui le souhaitaient pouvaient ensuite aller jusqu’au canal et jeter, en mémoire des « chouhadas » (martyrs en arabe), un œillet rouge dans l’eau.

Ont assisté à la cérémonie de nombreux élus locaux (par ordre alphabétique) : Rabia Berraî, Zaïa Boughilas, Mathilde Caroly, Madjid Messaoudene, Didier Paillard, Stéphane Privé, Slimane Rabahallah, Raphaële Serreau, Hakim Rebiha, Martine Rogeret, Asta Touré, Patrick Vassallo, Essaïd Zémouri.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.