À la une En ville

Autoroutes
/ Échangeur Pleyel : c’est le moment d’échanger

La concertation publique est ouverte jusqu’au 22 décembre pour les travaux sur l’échangeur Pleyel, en préalable à la suppression des bretelles autoroutières de la Porte de Paris.
Le quartier Pleyel morcelé par les voies à grande circulation depuis l’ouverture de l’A86 dans les années 90.
Le quartier Pleyel morcelé par les voies à grande circulation depuis l’ouverture de l’A86 dans les années 90.

Supprimer dans le quartier de la Porte de Paris les bretelles autoroutières qui relient l’A1 à l’A86. Les urbanistes planchent depuis des années sur ce projet qui permettra de réparer un pan de territoire aujourd’hui sacrifié au trafic automobile et à sa pollution. Même en présence du viaduc de l’autoroute A1, dont l’enfouissement n’est pas encore à l’ordre du jour, les bénéfices de cette suppression seraient considérables.

Sept hectares seraient restitués au quartier pour reconstituer une continuité urbaine entre Plaine et centre-ville. À présent accaparé par la circulation de transit entre A1 et A86, le boulevard Anatole-France, unique voie de liaison entre Pleyel et centre-ville, pourrait être aménagé pour l’agrément des piétons et des deux-roues. Pour passer d’une autoroute à l’autre, restera le barreau de liaison de La Courneuve, ainsi que l’échangeur de Pleyel qu’il faudra modifier en conséquence, avec une entrée en plus. Comment, avec quels impacts dans ce quartier ?Ces questions, délicates entre toutes pour la Ville et pour Plaine Commune, sont aujourd’hui soumises à concertation publique, notamment au travers de trois réunions. La première s’est tenue jeudi 23 novembre à l’école Anatole-France avec la participation d’élus et d’urbanistes de Plaine Commune, ainsi que de la Dirif, Direction régionale des routes d’Île-de-France, le futur maître d’ouvrage. Pas moins de 73 habitants du quartier et de ses abords avaient répondu présents.

Parmi eux, bon nombre de personnes domiciliées rue du Docteur-Poiré, petite voie pavillonnaire en contrebas du viaduc de l’A86 et de l’une de ses bretelles. Les maisons y sont blotties au pied d’un talus boisé qui fait écran au flux autoroutier. Ce coin de verdure en pleine terre est inscrit au plan local d’urbanisme en tant que zone urbaine, verte et minérale (UVM). Soit un espace « dont les fonctions écologiques, paysagères », etc., « doivent être préservées ». Las, dans trois des quatre variantes du projet d’échangeur proposées par la Dirif, le talus est amputé par une artère à deux voies. Et ce barreau de liaison entre deux bretelles passerait quasiment au ras de l’un des alignements pavillonnaires.

Si rien n'est fait, la circulation sera encore en hausse

Effacer la rue Poiré et en reloger les habitants? « Cela n’a jamais été dans nos intentions », assurait Michel Ribay, élu délégué au quartier. « Pour nous, mieux vaut partir que de vivre au milieu d’un échangeur », rétorquait une jeune femme. Pourquoi ne pas déplacer l’échangeur vers la ZAC Landy Pleyel (au niveau du siège de SFR), suggère un autre. De toute évidence, à la Dirif comme à Plaine Commune, les contraintes réglementaires liées en particulier à la sécurité routière n’autorisaient pas d’autre option, ainsi que l’expliquait Jean-Baptiste Motte de la Dirif.

On s’inquiète aussi du report de trafic qui pourrait en résulter depuis la Porte de Clignancourt, via Saint-Ouen. Pour M. Ribay, la réponse est à chercher auprès du conseil départemental, dont relèvent ces « voies structurantes », en fonction « du mode de déplacement, transports en commun ou voiture, qui y sera favorisé ». Quoi qu’il en soit, « si rien n’est fait, la circulation (sur les boulevards Anatole-France et de la Libération) sera encore à la hausse », insiste M. Motte. Le coût du projet varie en fonction des options de 81 à 105 millions d’euros. Les travaux d’une durée de trois ans devraient démarrer en 2021. Du moins si la concertation, avant l’enquête publique, ne conclut pas à un rejet franc et massif, comme le déclarait Jean-François Helas, garant de la concertation missionné par la Commission nationale du débat public.  

Prochaine réunion le jeudi 14 décembre à 18h30 école Anatole-France (passage de la Harpe à Pleyel).

Le dossier de concertation : http://ville-saint-denis.fr/sites/default/files/content/documents/dirif_...

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur