Cultures

TGP
/ À nos enfants : pas facile, la vie

"A nos enfants" sera en représentation au TGP jusqu'au 12 mars.
"A nos enfants" sera en représentation au TGP jusqu'au 12 mars.

C'est l'été. Des images de bord de mer défilent sur un écran. Un couple arrive sur scène, puis un autre. Ils passent leurs vacances ensemble, avec leurs enfants. Ils doivent préparer un petit spectacle pour la fête du village. Une parenthèse dans la vie quotidienne, enchantée, dit-on souvent. Voilà la trame de À nos enfants (Train fantôme), conçu et mis en scène par Nicolas Struve, présenté au TGP jusqu'au 12 mars. Les conversations, légères, anodines, se parsèment de choses plus graves qu'il est difficile de laisser de côté. L'éducation des enfants, la maladie, la vie de couple, le sexe, la politique, le travail, le racisme, émergent au cœur des interrogations sur la meilleure façon de passer l'après-midi ou sur le menu du repas du soir. La vie, quoi, fouillie, hésitante, fragile. Toute la difficulté de la chose réside dans la transposition de celle-ci au théâtre. Ça fonctionne parfois, pas toujours. S'il y a des moments réussis (la chanson de Junon, Honneur à celui qui dit à nous deux le malheur, par exemple, ou encore la vraie-fausse répétition de Tartuffe), l'ensemble est cependant inégal, parfois confus, le jeu des acteurs quelquefois redondant. Et lorsque la parenthèse se referme, finalement désenchantée, et que la vie reprend ses droits, avec sa dureté, on reste un peu sur sa faim. Dommage car l'idée de Nicolas Struve et de sa troupe est belle. Mais porter la vie au théâtre n'est pas chose aisée.

Benoît Lagarrigue

À nos enfants (Train fantôme), jusqu'au 12 mars au TGP (59, boulevard Jules-Guesde, salle Mehmet-Ulusoy), du lundi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h 30. Relâche le mardi. Durée : 2 h 05. Tarifs : 6 € à 23 €. Réservations : 01 48 13 70 00 ; www.theatregerardphilipe.com

Réactions

Pas facile certes de retranscrire la vie et ses aléas, mais j'ai trouvé très bon le jeu des acteurs. la mise en scène certes très particulière a le mérite de nous projeter vers notre vie passée ou en cours avec sa succession de hauts et de bas, de légèretés et de drames, qui ne peuvent qu'éveiller en nous des sentiments de "déjà vécu" - Enfin j'ai aimé le rythme aussi et j'ai passé une bonne soirée

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.