À la une Portrait

Jean-Daniel Lelièvre
/ À la recherche du vaccin

Entre la direction du service des maladies infectieuses à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil et les cours d’immunologie qu’il dispense à la faculté de médecine, le professeur travaille à un vaccin contre le VIH au sein du Vaccine Research Institute.
Le professeur Jean-Daniel Lelièvre
Le professeur Jean-Daniel Lelièvre

D’une explication scientifique trop complexe pour être fidèlement résumée ici, nous garderons l’essentiel : la mise au point d’un vaccin contre le VIH (virus de l’immunodéficience humaine, qui provoque le sida), n’est plus un espoir indistinct : les scientifiques qui y travaillent ont enfin des raisons d’être raisonnablement optimistes au vu des progrès récemment accomplis dans cette voie. « Autant, dans le passé, on était complètement dans le noir et l’incertitude et on se disait qu’on ne trouverait jamais », témoigne le professeur Jean-Daniel Lelièvre, responsable du développement clinique au sein du Vaccine Research Institute (VRI), « Maintenant on est un peu plus confiants. »

Des essais menés ces dernières années ont permis de développer des « candidats vaccins » prometteurs dont les essais ont montré qu’ils induisaient une réponse immunitaire. Mais identifier le pathogène à utiliser dans le vaccin n’est qu’une partie du problème. Il faut encore trouver la manière optimale d’acheminer cette information au système immunitaire. Le Pr Lelièvre et les équipes de recherche du VRI, une structure fondée en 2012 et dédiée à la recherche d’un vaccin contre le VIH, travaillent spécifiquement sur cette question, « notamment en ciblant des cellules particulières du système immunitaire qu’on appelle les cellules dendritiques, détaille le chercheur. On a fait des études sur des modèles animaux et on a développé des candidats vaccins à partir de ça. On devrait débuter des essais cliniques chez l’Homme dans un peu plus d’un an. » Avec l’ambition que cette stratégie puisse être déclinée pour d’autres pathologies : Ebola, tuberculose…

« J’ai commencé la médecine en voulant faire plutôt de la psychiatrie, confie Jean-Daniel Lelièvre, avec quand même une arrière-pensée pour tout ce qui est immunologie et maladies infectieuses, parce qu’une partie de ma famille est issue d’un petit village du Jura non loin de Dôle, la ville natale de Louis Pasteur, et j’ai toujours baigné dans la fascination du personnage et de ce qu’il avait accompli. » Un passage à l’hôpital Saint-Louis, dans le service du Dr. Maxime Seligmann, « le monsieur qui a inventé l’immunologie clinique », le convainc d’en faire sa spécialité. Cela, et le fait d’avoir connu les pires années de l’épidémie : « J’ai commencé mes études de médecine au moment où Françoise Barré-Sinoussi a découvert le virus, j’ai été plongé dans cette pathologie. J’ai combiné ma passion pour l’immunologie et le fait que les patients infectés par le VIH ont beaucoup marqué ma vie professionnelle. »

Le reste de son temps, le médecin le partage entre l’hôpital Henri-Mondor de Créteil, où il dirige le service des maladies infectieuses, et la faculté de médecine, où il enseigne l’immunologie. De longues journées, et des nuits courtes : son dernier enfant est né l’année dernière, à Saint-Denis, où le médecin s’est installé avec sa famille il y a six ans : « Mon fils est né à Delafontaine et nous sommes ravis de l’accueil qu’on a eu là-bas. » Une dernière chose importante : « Il faut dire que le dépistage du VIH reste fondamental. La Seine-Saint-Denis est un des départements où la prévalence de l’infection est relativement importante », rappelle le Pr Lelièvre. « Il y a des gens remarquables ici qui font ce travail de dépistage, qu’il faut continuer — avant qu’on trouve un vaccin, ce qui va demander encore des années. »


Pour en savoir plus: 

Réactions

Je vous souhaite de trouver un vaccin pour aider toutes ces personnes atteintes du VIH, bon combat, et n'oublions pas de faire des dons; merci

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.