À la une En ville

Lutte contre les violences faites aux femmes
/ « Ne pas relâcher la pression »

Dans le sillage de l’affaire Weinstein, et à la veille du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, entretien avec Marie Leroy, chargée de la mission Droit des femmes à Saint-Denis.

Le JSD : Le 25 novembre, c’est la Journée pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. En quoi cette lutte est-elle au cœur de la mission Droit des femmes de Saint-Denis ?

Marie Leroy :Depuis sa création en 2007, la mission Droit des femmes porte l’engagement de la municipalité à prévenir et combattre les discriminations faites aux femmes, les comportements sexistes et à créer les conditions pour favoriser une meilleure autonomie des femmes. Cette dynamique relève d’un choix politique fort, que toutes les villes ne font pas. Dans ce cadre, la question des violences est bien sûr un cheval de bataille et un axe prioritaire de cette mission, qui anime et coordonne un réseau de lutte contre les violences faites aux femmes, en associant sur le territoire des services municipaux, des acteurs institutionnels et associatifs, dont le but est précisément de construire des réponses à l’échelle locale sur le plan du dépistage, de l’écoute, de l’accompagnement, d’une prise en charge juridique, sociale, psychologique, etc. Pour aider au repérage et à l’orientation des victimes, la Ville vient par ailleurs d’éditer avec le concours de la mission une plaquette sur les violences faites aux femmes qui répertorie ces multiples ressources et donne les contacts des différentes structures municipales et partenaires.

 

Le JSD : Si la mission Droit des femmes tente par son action d’apporter des solutions aux femmes victimes de violences, elle joue aussi au quotidien un important rôle de prévention…

ML :Quand on parle des violences faites aux femmes, on parle de mariages forcés, de viols, de mutilations sexuelles, de violences conjugales, de harcèlement, mais on parle aussi bien sûr des inégalités entre les sexes, puisque ces violences en découlent. Dans mon action quotidienne, je travaille avec la conviction que tout le monde a quelque chose à faire pour que les choses changent. Que l’on parle d’égalité professionnelle, de la répartition des tâches ménagères, de la place des femmes dans l’espace public, en politique, dans la culture, dans la musique… Tout est un sujet pour la mission Droit des femmes ! Promouvoir l’égalité femmes-hommes, c’est donc être nécessairement sur tous les champs et avoir la capacité d’intervenir de manière complètement transversale, en menant des projets et en soutenant des actions dans tous les domaines, en travaillant à la formation et la sensibilisation des professionnels et en faisant bien sûr tout un travail de prévention, notamment en direction des plus jeunes pour pouvoir lutter dès le plus jeune âge contre les stéréotypes sexistes.

 

Le JSD : Aujourd’hui, difficile de parler de ces violences sans évoquer l’affaire Weinstein et ses répercussions au niveau mondial. Cela change-t-il quelque chose à votre niveau ?

ML :Ça va me faire moins de boulot ! Ces violences ont toujours été une réalité, mais on a parfois du mal à se faire entendre, parce que ces questions restaient essentiellement le combat des féministes. On en parlait un peu dans le cadre du 8 mars, (ndlr : Journée internationale des droits des femmes), de celle du 25 novembre, mais deux jours dans l’année, ce n’est évidemment pas assez. En ce sens, l’affaire Weinstein c’est vraiment quelque chose d’énorme. Ça part de femmes riches et célèbres, mais ça provoque une onde de choc au niveau international qui touche toutes les couches de la société. Alors qu’il y avait partout cette espèce d’omerta, d’un seul coup les langues se libèrent, les femmes osent prendre la parole et témoigner, tout le monde s’en empare et c’est repris en force par les médias. Les dépôts de plainte se multiplient, tous les numéros verts explosent. Ici, l’Observatoire départemental des violences faites aux femmes qui fait sa journée d’étude le 23 novembre à Bobigny a vu ses 750 places immédiatement prises d’assaut, avec des inscriptions sur liste d’attente. Avec toutes ces femmes qui, au niveau mondial, disent le harcèlement et les violences, ça ne peut que faire réfléchir les hommes. Les choses avancent, mais il ne faut surtout pas relâcher la pression.

Propos recueillis par Linda Maziz

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur