En ville

Grève au collège Triolet
/ « On ne demande pas la lune »

Parents et professeurs étaient au marché mardi 7 mars pour faire signer aux passants la pétition de leurs revendications : plus de moyen humains, moins d'élèves par classe...
Les personnels du collège Triolet devant le marché de Saint-Denis
Les personnels du collège Triolet devant le marché de Saint-Denis

« Ils ferment des postes, Triolet riposte ! » Au milieu de la foule qui se presse à l’entrée du marché de Saint-Denis, les enseignants du collège Esla-Triolet donnent de la voix pour se faire entendre par-dessus le brouhaha. Sur une grande banderole blanche qui donne l’adresse de leur page Facebook créée pour l’occasion, la liste des revendications s’affiche : deux postes de surveillants, une infirmière à temps plein, une seconde documentaliste, l’ouverture d’une classe supplémentaire de quatrième à la rentrée prochaine, et le maintien des classes pour élèves non francophones.



« On demande pas la Lune », résume une enseignante en faisant signer une pétition à un passant. Lundi 6 mars, 60 % des enseignants étaient en grève. Le lendemain, mardi 7, ils ont reconduit leur mouvement et, avec des parents, décidé de se retrouver devant le marché pour une action commune. L’occasion aussi de discuter avant la rencontre prévue le lendemain, à Bobigny, avec la direction départementale de l’Education nationale. Un premier rendez-vous prévu jeudi 2 avait été annulé à la dernière minute. Les parents et les enseignants sont impatients d’exposer leur situation et d’obtenir des réponses.

« Des effectifs trop élevés, ça crée de l’agitation. Dès qu’on dépasse 24 élèves, ça devient difficile de tenir la classe, les quelques perturbateurs peuvent prendre la main et tout le monde en pâtit », témoigne un prof d’arts plastiques. Même souci d’encadrement à l’extérieur des salles de cours. « Actuellement, il y a plein de moments où les élèves sont uniquement dans un monde d’enfants, avec leurs préoccupations, leurs codes, leurs tensions… », continue l’enseignant. « La présence d’adultes est trop rare pour créer une atmosphère sereine. Quand on les récupère, on passe quinze minutes à les calmer avant de commencer à travailler. Une seconde documentaliste, ça permettrait aussi d’ouvrir le CDI plus souvent. »

A l’heure de notre bouclage, mardi soir, les parents d’élèves avaient prévu de bloquer l’établissement le lendemain, mercredi 8 au matin, pour soutenir la mobilisation. Deux jours plus tôt, une trentaine d’entre eux s’étaient retrouvés devant le collège pour en discuter. Privés de salle de réunion, les parents avaient tenu leur réunion sur le trottoir.


Réactions

La principale refuse une salle aux parents. Normale : c'est un fervent soutien PS. Elle figurait d'ailleurs sur la liste AneHautain aux dernières municipales...
Ma fille passe en 6ème l'an prochain, j'ai eu le droit à une réunion avec cette bien curieuse principale qui nous aura répété "que tout va très bien" pendant une demi heure, n'aura pas été à l'écoute des vrais questions des parents (fort heureusement, d'autres interlocuteurs de l'éducation nationale était plus à l'écoute et plus clairs). Faire une réunion en dehors du collège pour nous répéter pendant 30 minutes qu'il ne fallait pas s'inquiéter.... j'ai trouvé cela au contraire hyper anxiogène!!!! Pourquoi ne pas faire cette réunion DANS LE COLLÈGE???? Elle aura omis aussi de parler de point positifs tels que les 200euros en bons d'achats que le département donne à chaque élève qui passe en 6ème dans un collège public (en espérant que l'opération sera bien reconduite cette année) , Mais, en questionnant des parents dont les grands frères/soeurs étaient déjà au collège: aucun n'était au courant, donc aucun n'a pu demander ces 200euros!!!! De plus, elle nous a fait un long discours dans lequel elle soutient qu'il faut que l'on continue à venir chercher nos enfants après les cours, et ne pas les laisser rentrer seuls à la maison.... moi je veux bien, mais pour mon employeur partir à 14h30 pour aller chercher ma fille à 15h30 ça va être compliqué!!! quand bien même ma fille irait à l'aide au devoir... cela la ferait sortir à 17h30... non Madame la principale, je ne finis pas ma journée à 16h30!!! c'est quoi l'idée? que les femmes arrêtent de travailler pour s'occuper de leurs gamins???? Si je peux venir chercher ma fille, si elle ne rentre pas seule aujourd'hui c'est parce que la ville de st denis a mis en place un centre de loisirs ouvert jusqu'à 19h, prenant en compte la réalité des parents! Elle vit dans quel siècle cette dame, dans quelle réalité??? Elle m'a parue totalement hors du temps! Et complètement hermétique à nos demandes! Elle nous indique qu'il serait bien de reprendre l'idée d'organiser "un café des parents", or, en questionnement un parent d'élève après cette réunion , les parents ont demandé à le faire depuis plusieurs années, et elle l'a toujours refusé! Bref, beaucoup de BlaBla Pas très rassurant, bien au contraire! Et après, on se demande pourquoi tant de parents inscrivent leurs enfants dans le privé??? Faudrait penser à activer les options "retour au réel, on arrête la langue de bois, on écoute vraiment et on passe à l'action" chez certains principaux de collège!!!! (mais heureusement, je sais qu'ils ne sont pas tous comme ça, au contraire, beaucoup au contraire sont beaucoup plus investis, et à l'écoute et dans le réel!) Tant de problèmes à Elsa Triolet ne m'étonnent plus du tout depuis que j'ai entendu et vu cette bien curieuse personne !!!!
Sinon, oui, cette curieuse principale faisait partie de la Liste du Député M. Hanotin lorsqu'il s'est présenté pour les municipales. Mais l'eau a coulé sous les ponts, mêmes ceux de st denis, et depuis cette curieuse dame n'a pas pris le même virage à gauche que notre Député qui soutient B. Hamon. Donc, elle ira voir ailleurs si l'eau est plus à son goût en 2020 je l'espère! Depuis aussi, un certain P. Braouzec du FDG parait il, accompagne E. Macron... On parle de la promesse de D. Paillard lorsqu'il s'est présenté en 2014? "je resterai jusqu'au bout de mon mandat" .... promesse non tenue comme tout le monde aura pu le constater. Bref... laissons 2014 à 2014, et oui, soyons, ensemble, exigeant pour nos enfants! Il paraitrait que cette curieuse principale parte de ce collège en septembre prochain, pourvu que cette nouvelle soit confirmée!

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur