Sports

Rugby
/ « On a montré qu’il y a de la place pour le rugby à Saint-Denis ! »

Dionysien « pure souche », Olivier Glévéo a découvert les joies du ballon ovale dès l’âge de 9 ans au Sdus. Sous ces couleurs, il aura foulé les pelouses de Fédérale 2. Président du club depuis 2005, le volubile quinqua, revient sur cette saison qu’il a vécue comme toujours : au plus près du terrain.
Cette saison 2016-2017, le Sdus est allé jusqu'en 8e de finale de la Fédérale 2, sorti par Suresnes.
Cette saison 2016-2017, le Sdus est allé jusqu'en 8e de finale de la Fédérale 2, sorti par Suresnes.

Le JSD : Quel bilan faites-vous de cette deuxième saison du Sdus en Fédérale 2 ?

OG : Un bilan très positif ! Pour notre seconde saison à ce niveau on atteint le troisième tour, en comptant les barrages (le Sdus a éliminé Beauvais en barrages puis Orléans en 16es avant de chuter en 8es de finale contre Suresnes, ndlr) et s’incline avec les honneurs contre Suresnes, nous sommes très satisfaits. En termes de niveau de jeu, les garçons ont bien assimilé ce que Xavier et Rémi (Xavier Darjo et Rémi Campet, les coaches de l’équipe seniors, ndlr) ont mis en place et le contenu des matches a été plus abouti que l’année précédente. Il y a une bonne alchimie ente les joueurs formés au club et les recrues, le groupe a bien vécu. Ce qui nous a fait mal, c’est l’accumulation des matches en fin de saison avec sept rencontres en sept semaines… Suresnes avait eu quinze jours de repos et cela s’est ressenti quand on les a joués : on a subi quelques pépins physiques et notre équipe a manqué de fraîcheur.

Le JSD : Quel moment fort retenez-vous ?

OG : Ce qui me vient tout de suite à l’esprit c’est le malaise d’Arnaud Kamtcheu, notre 3e ligne, sur le terrain d’Orléans en 16es. Il était pris de convulsions sur la pelouse, les pompiers et le Samu ont dû intervenir. C’est marquant parce que nous avons tous eu très peur, des joueurs pleuraient… Ce sont des moments où l’on se sent impuissant et où le match, le score n’ont plus aucune importance. Finalement, il n’y a rien eu de grave pour lui et il a retrouvé ses esprits dès les premières perfusions. Avec le recul, c’est aussi un événement qui a ressoudé les joueurs. Pour une note plus positive, les matches à élimination directe chez nous à Delaune ont été de vrais moments forts avec du monde en tribunes, une belle ambiance… On a montré qu’il y a de la place pour le rugby à Saint-Denis.

Le JSD : Le club semble lancé dans une dynamique encourageante, quel regard portez-vous sur cette progression ?

OG : Les choses vont vite ! Nous continuons à travailler à plusieurs niveaux comme avec l’école de rugby : nous avons aujourd’hui des cadets et des juniors dont on souhaite qu’ils puissent alimenter l’équipe première dans les années à venir. Qu’ils soient les futurs Thomas Livio, Jérémie Pereira ou Arthur Proult, tous membres de l’équipe seniors et Dionysiens formés au club. Il nous faut plus de jeunes joueurs capables d’évoluer comme ceux-là. C’est le rôle des coaches, des encadrants. À court terme, nous travaillons aussi à l’assainissement de nos finances : nous sommes aidés par le Sdus omnisports, la Ville et on travaille sur du sponsoring et des partenariats avec les entreprises de Saint-Denis. C’est toute une alchimie que l’on doit entretenir pour poursuivre nos engagements avec les joueurs du cru, pouvoir recruter… Et tous ces moyens doivent être répartis, de l’école de rugby à l’équipe première.

Le JSD : Et sur le terrain, quels sont les objectifs de la saison prochaine ?

OG : On aime bien se fixer des objectifs toujours un peu plus hauts, donc finir dans les quatre premiers et disputer les phases finales ce serait très bien. Et en faisant un peu mieux que cette saison… Pourquoi pas aller chercher la montée en Fédérale 1 ?

Recueilli par Corentin Rocher
 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.