À la une En ville

Violences à Paul-Éluard
/ « Inacceptable de venir au lycée la peur au ventre »

Jeudi 5 avril, rassemblement devant le lycée Paul-Eluard. (©) Hanane Mokrani / Le Journal de Saint-Denis
Jeudi 5 avril, rassemblement devant le lycée Paul-Eluard. (©) Hanane Mokrani / Le Journal de Saint-Denis

Le cri d’alarme a été entendu. Jeudi 5 avril, environ 150 personnes ont répondu à l’appel des enseignants de Paul-Éluard contre « la banalisation de la violence au sein et autour du lycée », suite une série d’incidents depuis fin mars« C’est important d’être tous ensemble réunis », a lancé Malika Chemmah, représentante FCPE au lycée, lors de la manifestation sur le parvis de l’établissement, qui a rassemblé professeurs, personnels d’éducation, parents, élèves, habitants et élus. Elle les a exhortés à « une prise de conscience collective » pour « faire front » contre ce « véritable fléau ».

Il est« inacceptable » que « des élèves viennent au lycée la peur au ventre », s’est indigné Agnès Renaud, enseignante au lycée. « Ce n’est pas seulement à Paul-Éluard », a-t-elle rappelé, saluant la présence de personnes confrontés aux mêmes problématiques de violence dans leurs établissements, comme aux lycées Bartholdi et Suger ainsi qu’aux collèges Barbusse et La Courtille. Théâtre d’incidents les jours précédents, le lycée Utrillo de Stains était également représenté au rassemblement. « Au début, c’était à l’extérieur du lycée, maintenant, c’est à l’intérieur. Des innocents sont frappés. C’est de la folie », s’inquiète Nadège et Sabrina, en seconde. Lors du dernier incident, le 2 avril, une revendication a été retrouvée avec la pierre jetée dans la salle de classe. « C’est un mot qui ne tient absolument pas la route », juge Stéphanie Falgon, professeure de lettres, qui pense à une grossière manipulation.

Ils réclament davantage d’assistants d’éducation

Comme d’autres, Malika Chemmah estime que l’essentiel est ailleurs. « Il y a beaucoup de choses à faire dans la ville. Cela dépasse la compétence du lycée, développe-t-elle.On fait face à des rivalités inter-quartiers mais il n’y a pas que cela. Il faut mener un travail de médiation et de prévention à l’intérieur de l’établissement et à l’extérieur dans les quartiers. » Les professeurs demandent le recrutement de trois assistants d’éducations. Enseignant depuis quinze ans à Paul-Éluard , Christophe Schulte « n’a jamais vu » une telle violence chez les jeunes. Pour lui, cette recrudescence est liée à une baisse des moyens dans les établissements scolaires : « Cette violence vient d’élèves en échec scolaire, déscolarisés, pas forcément dans le trafic, qui veulent tuer l’ennui. C’est comme un suicide collective ». La situation lui rappelle les émeutes de 2005. « A la moindre bavure policière, cela peut exploser », craint-il.

Plein les oreilles du président de la République

Hasard du calendrier, Emmanuel Macron a assisté, ce même 5 avril vers 19 h, à un concert privé à la Maison d'éducation de la Légion d'honneur. Après le rassemblement, des manifestants ont rejoint le cortège d'opposants, place Victor-Hugo, qui a vertement accueilli le chef de l’État. « D’habitude, je ne suis jamais en grève mais il faut aider nos élèves qui sont les premiers à subir la violence, s'insurge Stéphanie Falgon.C’est révoltant ! »

La mobilisation à Paul-Éluard continue. Jeudi 12 avril, une marche partira à 18h30 de la mairie jusqu’à la sous-préfecture. Par ailleurs, des opposants à Macron ont appelé à une Nuit Debout le 13 avril, à 19h, devant la Basilique.

Aziz Oguz

Réactions

Macron se fout des pauvres il est dans un monde loin de nous, loin de nos préoccupations, quelle honte!
Dans la ville la plus criminogène de France depuis 10ans...il serait peut-être temps de montrer du doigt les véritables responsable, si vous souhaitez que la situation change dans cette ville. Vous savez l'ancien maire qui nous racontais pendant ses mandats "qu'ils faisait bon vivre à St-Denis"..;et dès sa retraite il a fuit la ville du bon vivre.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.