À la une En ville

Sécurité
/ « Faire avec les moyens que j’ai »

Interview du nouveau commissaire. Laurent Mercier est le nouveau chef de la police de Saint-Denis. Sa longue expérience lui servira dans un contexte sécuritaire tendu. Sans ambition démesurée, il se veut pragmatique et déterminé à assumer sa mission.
Le commissaire Laurent Mercier, le 17 septembre 2017 : « Pour l'instant, je considère qu'avec les nouveaux renforts, on est en capacité de faire du bon travail. »
Le commissaire Laurent Mercier, le 17 septembre 2017 : « Pour l'instant, je considère qu'avec les nouveaux renforts, on est en capacité de faire du bon travail. »

Laurent Mercier, 47 ans, en poste depuis le 4 septembre, a commencé sa carrière dans la police judiciaire avant de devenir commissaire en 2004. Il a alterné des postes de responsabilité à Créteil, Maisons-Alfort puis dans la capitale.

Le JSD : Saint-Denis est une ville difficile où il y a en moyenne 15 000 faits de délinquance par an. Avez-vous un plan d’action pour affronter cette situation ?
Laurent Mercier : Il faut savoir rester très modeste. Je ne me prendrai pas pour un super-héros qui va tout révolutionner. Je dois faire en sorte que l’on travaille bien à Saint-Denis. Je considère qu’on est un bon chef quand on est bien épaulé par ses équipes.

Le JSD : Vous n’avez pas de feuilles de route ?
LM : On ne m’a pas dit qu’il faut baisser la délinquance de tant de points. Ce serait ridicule. Je dois faire en sorte de lutter contre ce qui empoisonne la vie des gens, c’est-à-dire les vols avec violence, les vols par effraction, lutter au mieux et plus efficacement contre les trafics qui sont divers et variés. On pense a fortiori aux stupéfiants parce que cela gangrène des cités et pourrit la vie des gens, mais ce n’est pas le seul problème. Il y a des sites du centre-ville qu’il faut continuer à investir avec nos partenaires, comme le secteur de la gare ou celui touristique de la basilique.

Le JSD : Le 22 septembre, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, a annoncé des renforts (1). Quels sont les effectifs de police à Saint-Denis ?
LM : On a effectivement des renforts qui vont arriver dans le courant du mois d’octobre. C’est un effort conséquent consenti par la Préfecture de police pour Saint-Denis et L’Île-Saint-Denis.

Le JSD : Le maire Laurent Russier juge qu’il faudrait à moyen terme 500 policiers, est-ce un objectif raisonnable ?
LM : Pour l’instant, je considère qu’avec les nouveaux renforts, on est en capacité de faire du bon travail. Mais je ne souhaite pas m’exprimer sur un chiffre d’effectifs particulier, ce n’est pas mon sujet. Mon sujet, c’est de faire avec les moyens que j’ai. Et là je considère qu’on peut faire des choses avec ce renfort d’effectifs.

Le JSD : Depuis le printemps 2017, le collectif d’habitants Citoyens debout contre les trafics demande à l’État d’assurer leur sécurité. Pourtant, ils voient la situation se dégrader…
LM : On a un système de trafic organisé dans des cités. Nous sommes présents dans ces endroits et on travaille d’arrache-pied pour interpeller un maximum de délinquants. Les dispositifs sont lourds, prennent parfois du temps. Encore récemment, des quantités importantes de drogue et des armes ont été saisies. Après, les trafiquants sont là parce qu’il y a des consommateurs. Notre travail, c’est d’utiliser tous les outils juridiques et techniques qui s’offrent à nous. Mi-septembre par exemple, on a mené des opérations avec les douanes pour verbaliser les consommateurs qui venaient acheter leur marchandise.

Le JSD : L’idée, c’est de tarir la source ?
LM : C’est de frapper du consommateur aux trafiquants. Notre travail, en sécurité de proximité, c’est de faire le maximum de dommages et de dégâts dans ce trafic. C’est la police judiciaire qui mène des enquêtes longues sur des trafics complexes et structurés.

Le JSD : Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a annoncé l’expérimentation de la police de la sécurité au quotidien d’ici la fin de l’année. Le maire s’est porté candidat. Y êtes-vous favorable ?
LM : J’y suis évidemment favorable. La situation est suffisamment sensible à Saint-Denis pour que l’on puisse l’expérimenter. Il faut se donner tous les moyens dans la lutte contre la délinquance et pour rendre notre action plus lisible et proche de la population.

Le JSD : Cela peut-il permettre changer la relation police-population ?
LM : On fait déjà de la police du quotidien. Et cela va se développer avec l’expérimentation du ministre. On a les délégués cohésion police-population (lire ici), les missions de prévention et de communication (MPC) où des policiers interviennent dans les écoles. Des agents sont fidélisés dans certains secteurs, comme le centre-ville, la gare et L’Île-Saint-Denis, Franc-Moisin, Gabriel-Péri. Ils sont connus et identifiés. Ils connaissent leur terrain.

Le JSD : Serez-vous le commissaire qui inaugurera le nouveau commissariat en 2020 ?
LM : J’aimerais bien ! Comme l’a annoncé le préfet en septembre, les travaux doivent débuter début 2018 pour une livraison deux ans plus tard. On aura plus de place, plus de moyens, des locaux adaptés pour que les policiers puissent travailler dans de bonnes conditions et pour que l’on puisse accueillir le public de manière satisfaisante.

Propos recueillis par Aziz Oguz et Yann Lalande

(1) Le préfet a annoncé 35 fonctionnaires supplémentaires, « soit 20 de plus que l’effectif de référence » mais sans donner l’effectif global. Début 2017, la ville comptait un peu plus de 300 policiers.
 

Pour en savoir plus: 

Réactions

Que veut dire ce nouveau commissaire quand il parle de "verbaliser les consommateurs" ?? Et quand il dit : "les trafiquants sont là parce qu’il y a des consommateurs"... Parce que les acheteurs à St-Denis, ce sont pour bcp des parisiens ou des habitants des communes voisines qui viennent faire leur shopping tranquilou. Et à ma connaissance, ce ne sont pas ces consommateurs-là qui se retrouvent au tribunal de Bobigny pour consommation de stupéfiants. Pour le reste à St-Denis, ce sont des personnes toxicomanes, malades, pour qui le dispositif répressif n'est pas du tout approprié. Tous les "consommateurs" de St-Denis ne suffiraient pour faire tourner le business des réseaux de drogue de la ville. Ou alors ce monsieur veut sous-entendre qu'on est en majorité des drogués dans cette ville.. Surprenant.
Je trouve ce commissaire plein de bonnes volonté. Maintenant, les chiffres de policiers supplémentaires m'interpellent car chaque année, on a des policiers supplémentaires et chaque année les effectifs stagnent... Donc on parle toujours des arrivés mais jamais des départs. Si on pouvait avoir l'évolution des effectifs du commissariat de Saint Denis depuis quelques années, ça serait plus pertinent
à Sonia - je ne pense pas qu'il envisage de se limiter aux seuls consommateurs dionysiens et quand il dit qu'il y a des trafiquants parce qu'il y a des consommateurs, je pense que par cette phrase il justifie son choix de traquer les consommateurs , quels qu'ils soient , d'où qu'ils viennent, faute de pouvoir s'attaquer aux trafiquants qui sont particulièrement organisés -
Bonjour. Il manque un lien ou une référence au passage On a les délégués cohésion police-population (lire )" Merci d'avance
@Thomas, j'ai rajouté le lien. Bonne journée, AO
Bonjour. Le silotage continue entre les services de l'état car la municipalité c'est encore l'état et pas une baronnie locale. A aucun moment, il ne parle de travail commun avec la municipalité et encore moins avec la police municipale. Au final, on se rends compte qu'il va se qu'il peut avec les moyens du bord sans objectifs précis. Ps: le nouveau commissariat ce n'est qu'un bâtiment qui va améliorer les conditions de travail des policiers mais en aucun cas la vie des habitants. Il ne va pas arrêter le trafic ni mêmes les consommateurs.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.